Accueil Consultez nos articles Rechercher Qui sommes-nous ? Cuisinez sans sel : recettes et astiuces

DIETETIQUE FACEBOOK

Sachez ce que vous mangez

Calculateur de calories

00Sel

Composition Florale

Qui est en ligne ?

Nous avons 73 invités en ligne

Accord Vins/mets

Habitat Ecologie

Le danger est-il dans l'assiette ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par James Collier Diététicien   
Prion, salmonelles, dioxines, listérias, nitrates, hormones, les dangers nous guettent à tous les coins d'assiettes !
 

Après la confiance exagérée des années passées, où tout ce qui était industriel était forcément parfait, et où tout ce qui était ingurgité était sensé être contrôlé, étudié, assaini, aseptisé et donc sans risque, nous sommes entrés dans l'ère de la méfiance.

Depuis quelques années toutes ces certitudes s’écroulent les unes après les autres et la confiance du consommateur avec elles.

Les crises et les scandales alimentaires se succèdent et l’angoisse est apparue à chaque bouchée.

Peut-on supprimer tous les risques ?

{mosimage}

Ce serait certainement le souhait de chacun.

Mais n’exagèrent-on pas l’ampleur des risques actuels ?

A t-on déjà oublié qu’à l’époque de nos grands parents, on mourrait de botulisme avec des conserves défectueuses, que les produits de ferme et surtout le lait transportaient de multiples germes dont celui de la tuberculose, que le manque d’hygiène et la difficulté de conserver les aliments tuaient chaque année des milliers de personnes?

Aujourd’hui on compte une centaine de décès annuels suite à des intoxications d’ordre alimentaires.

C’est certainement encore trop mais le risque zéro ne peut exister, pas plus dans ce domaine que dans un autre et on ne peut que constater les progrès qui ont malgré tout été réalisés.

Il n’est bien sûr pas question de négliger ces crises alimentaires, mais il faut leur redonner leur juste importance, et on risque moins un décès prématuré suite aux toxines ingérées que par excès de table et alimentation déséquilibrée, par excès d’alcool et de tabac, en prenant le volant ou en respirant tout simplement l'air ambiant.
{mosimage}Image Active

Le risque fait partie intégrante de notre vie, il est la contre partie incontournable de tous les progrès et s'il faut évidemment essayer de les réduire au maximun, on ne peut que reconnaître qu’il est moins dangereux de vivre à notre époque qu'à n'importe quelle autre et l'augmentation régulière de notre espérance de vie en est la meilleure preuve.

Et la vache folle, risque réel ou exagéré ?


Lorsqu’en 1996 on découvre le lien entre la maladie de Creutzfeldt Jacob et l’ESB cela fait déjà 11 ans que le premier cas de vache folle a été repéré en Grande Bretagne et 9 ans que l’on a compris le rôle des farines animales dans l’apparition de la maladie.

Et à partir de cette date la panique s’installe, sommes nous tous menacés de développer cette terrible maladie ?

Cependant, restons réalistes, à ce jour moins de 30 victimes ont été recensés, bilan beaucoup trop lourd bien entendu, mais qui n’autorise absolument pas à parler d’épidémie et à trembler d’angoisse.
Oui mais ... et le temps d'incubation ?



Il est vrai que ce temps d’incubation étant très long d’autres cas risquent malheureusement de se déclarer dans les années qui viennent.

Cependant les farines animales, sources de tous les problèmes, sont désormais interdites, les contrôles n’ont jamais été aussi sévères et les risques semblent être plutôt derrière nous, même si le risque 0 n’existe toujours pas et n’existera probablement jamais.

Et si nos voisins européens ne sont pas tous aussi vigilants, optons pour la viande française.
Quels sont les dangers de la dioxine ?



Ce fut le scandale alimentaire de l’année 1999.

Mais là encore, n’a t-on pas exagéré le problème ?

La dioxine est une substance que l’on rencontre régulièrement dans notre milieu ambiant.

Ce produit est reconnu comme étant cancérogène mais seulement à partir d’une très forte dose pendant une longue période d’exposition.

Dans ces conditions, une cuisse de poulet contaminé de temps en temps ne peut provoquer l’apparition d’un cancer et peu de personnes ont l’habitude d’ingurgiter plusieurs poulets par jour pendant des années !

D’autre part les poulets belges n’ont pas l’exclusivité de la concentration en dioxine.

On retrouve cette dernière dans l’air que nous respirons, dans nos grillades cuites au barbecue, dans certains légumes qui peuvent peut être fixer la dioxine de l’air.

Soit ces faibles doses stockées au fil du temps sont inoffensives, soit elles risquent d’augmenter effectivement les risques d’apparition de cancers et dans ce cas les poulets belges n’ont été qu’un petit maillon de ce stockage involontaire.

Bien entendu, cela ne veut pas dire que l’on peut s’octroyer le droit de nourrir les poulets avec n’importe quoi mais dans ce cas précis le problème est certainement plus dans l’absence de moralité des éleveurs que dans les réels dangers de la contamination.

Avons nous tiré une leçon de toutes ces crises ?



L’alimentation industrielle paraît aujourd’hui incontournable, d’une part pour faire face aux besoins d’une population accrue, d’autre part pour proposer des produits à bas prix, abordables pour tous.

Le choix pourrait évidemment être de consommer moins et mieux.

Il vaut peut-être mieux ne pas manger du bœuf tous les jours et ne manger que du bœuf de bonne qualité et donc plus cher.

Le poulet fermier garanti sans dioxine et ne s’alimentant que de produits naturel coûte nettement plus cher que le poulet industriel.

Il en va de même pour les produits issus de l’agriculture biologique.

Alors la réponse à nos angoisses est peut être dans le changement de nos habitudes : Préférer la qualité à la quantité, acheter moins de produits industrialisés qui augmentent considérablement le coût de notre alimentation et préférer des aliments basiques, sains, de bonne qualité, à préparer soit même.

Les producteurs compenseront alors par un prix de vente plus élevé la perte en quantité.

Mais sommes nous prêts à consacrer plus de temps à la préparation de nos repas et la vie moderne nous en laisse t-elle la possibilité?

Soyons positifs et affirmons que lorsque l’on veut, on peut !

Ces crises alimentaires ont au moins l’avantage de nous faire réfléchir sur ces sujets et de nous inciter à choisir d’autres directions.

 

Mise à jour le Lundi, 15 Octobre 2007 14:34
 

 

Copyright © Dietetique.com.fr - Tous droits réservés - Reproduction interdite - Mentions légales

moins de 5€_online_468x60_19

Sur Cinetv retrouvez toutes les bandes annonces vidéos des prochains films à sortir au cinéma

Bandes annonces cinéma HD – CinéTV

| More