Accueil Consultez nos articles Rechercher Qui sommes-nous ? Cuisinez sans sel : recettes et astiuces

DIETETIQUE FACEBOOK

Sachez ce que vous mangez

Calculateur de calories

00Sel

Composition Florale

Qui est en ligne ?

Nous avons 42 invités en ligne

Accord Vins/mets

Habitat Ecologie

5 fruits et légumes par jour en sirop ! Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par James Collier Diététicien   

Les fabricants de compotes et de fruits au sirop s’unissent pour aider les Français à atteindre l’objectif
« au moins 5 fruits et légumes par jour »

Les compotes et les fruits au sirop ont toute leur place dans les « 5 fruits et légumes par jour »

 

 recommandés par le Plan National Nutrition Santé (PNNS). Leurs grandes qualités nutritionnelles,
équivalentes à celle des fruits frais, restent pourtant méconnues. En s’unissant autour d’une charte
d’engagements de progrès nutritionnel validée par les pouvoirs publics, cinq fabricants de
compotes et de fruits au sirop ont décidé de tout mettre en oeuvre pour faire connaître les atouts
de ces produits, développer leur consommation et permettre ainsi aux français de consommer
davantage de fruits. En s’appuyant sur cette démarche l’AFIDEM met en place une campagne de
communication pour promouvoir la consommation de compotes et de fruits au sirop.

Pourtant, en France, la consommation de compotes et de fruits au sirop est encore faible, inférieure à 10% de la consommation totale de fruits. En développant la consommation de ces produits, il est donc possible d’obtenir une augmentation significative de la consommation globale de fruits et, ainsi, de permettre à tous
d’atteindre plus facilement l’objectif « au moins 5 fruits et légumes par jour ».

En dépit des nombreux messages qu’ils reçoivent depuis plusieurs années, les Français consomment toujours trop peu de fruits et légumes. Les fruits préparés sous forme de compotes ou au sirop permettent de dépasser ces limitations en offrant une alternative pratique, aux qualités gustatives reconnues et accessible à toutes les bourses.

LE REPÈRE NUTRITIONNEL DU PNNS
Fruits et légumes : au moins 5 par jour :
- À chaque repas et en cas de petits creux
- Crus, cuits, natures ou préparés
- Frais, surgelés ou en conserve

 UNE PORTION DE COMPOTE OU DE FRUITS AU SIROP, C’EST AVANT TOUT UNE PORTION DE FRUITS

Les dernières données scientifiques disponibles le démontrent : les procédés modernes de fabrication
des compotes et des fruits au sirop n’altèrent pas la qualité nutritionnelle des fruits qui entrent dans
leur composition. La compote sans sucres ajoutés est d’ailleurs clairement citée comme une portion
de fruit dans les derniers guides nutritionnels édités par le PNNS. Les fruits au sirop apparaissent quant
à eux dans le guide destiné aux plus de 55 ans.

LES FABRICANTS S’ENGAGENT AUTOUR D’UNE CHARTE VALIDÉE PAR LE PNNS

Ce contexte a conduit cinq entreprises1 de la Section Fruits de la Fédération des Industries d’Aliments
Conservés (FIAC) à prendre la décision de s’unir pour faire connaître les nombreux mérites des
compotes et des fruits au sirop.
Leur démarche s’articule autour d’une charte collective d’engagements de progrès nutritionnel
établie en accord avec les pouvoirs publics français, dans le cadre du PNNS. Cette charte les
engage à améliorer encore la qualité nutritionnelle de leurs produits. S’inscrivant et s’appuyant sur
cette démarche, l’AFIDEM2 a mis en place une campagne de communication visant à promouvoir
la consommation des compotes et des fruits au sirop.


UN DISPOSITIF POUR FAIRE DES COMPOTES ET DES FRUITS AU SIROP UN
COMPLÉMENT SPONTANÉ AUX FRUITS FRAIS

La campagne ciblera en premier lieu le corps médical, vecteur principal de conseil nutritionnel
auprès du grand public. Elle se fonde sur la diffusion d’un livre blanc qui rassemble toutes les
données scientifiques disponibles, y compris des données exclusives, relatives aux qualités des
compotes et des fruits au sirop. Un site internet dédié, des affiches, des dépliants et des brochures
seront également à la disposition des médecins. L’ensemble de ce dispositif a été conçu pour leur
donner tous les moyens de transmettre à leurs patients la notion selon laquelle les compotes et les
fruits au sirop sont non seulement une source de nutriments essentiels au maintien de leur santé,
mais aussi des aliments pratiques, bons et peu coûteux, facile à consommer, pour tous et en toutes
occasions.

« Au moins 5 fruits et légumes par jour » :
un objectif santé à atteindre
Le Plan National Nutrition Santé (PNNS) a pour ambition d’améliorer la santé de la population française
en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition. Si la vaste majorité des Français
sait qu’une bonne alimentation est le gage d’une bonne santé, peu d’entre eux parviennent à appliquer
les recommandations qu’ils reçoivent. Ainsi, malgré les nombreuses campagnes incitant à
manger davantage de fruits et légumes, seule une très faible proportion de la population parvient
aujourd’hui à atteindre le fameux « 5 fruits et légumes par jour ».
LE PNNS : UN ENSEMBLE D’OBJECTIFS NUTRITIONNELS POUR RESTER EN BONNE SANTÉ
Bien que l’alimentation ne soit pas le seul facteur qui{mosimage}
influence le risque de développer des maladies comme
l’obésité, le cancer, les maladies cardiovasculaires ou
encore le diabète de type 2 (maladies aujourd’hui les plus
répandues en France), elle n’en est pas moins un facteur
sur lequel il est possible d’intervenir assez simplement.
Le Programme National Nutrition Santé mis en place par
l’Etat français définit une série d’objectifs nutritionnels
prioritaires, validés par des groupes d’experts réunis
par les pouvoirs publics, en dehors de toute pression
commerciale.


AU MOINS CINQ FRUITS ET LÉGUMES PAR JOUR, SOUS TOUTES LEURS FORMES
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la faible consommation de fruits et légumes est
l’un des dix plus importants facteurs de risque pour la santé mondiale. Elle serait à l’origine de 31%
des cardiopathies ischémiques, de 19% des cancers digestifs et de 11% des infarctus.
Globalement, plus de 2,7 millions de vies pourraient être sauvées chaque année grâce à une
consommation suffisante de fruits et légumes, soit au moins 400 g par jour.
Ces données ont conduit l’Etat français à lancer dès 2001, dans le cadre du premier PNNS, une
campagne de communication nationale indiquant que la consommation d’au moins 5 fruits et
légumes par jour est recommandée dans le cadre une alimentation équilibrée (soit au moins 5
portions de 80 g de fruits ou de légumes par jour). Ces campagnes précisent que les fruits et légumes
sous toutes leurs formes - crus, cuits, natures ou préparés, frais, surgelés ou en conserve - protègent
notre santé.


UNE SOUS-CONSOMMATION QUI PERSISTE MALGRÉ LES RECOMMANDATIONS
Malheureusement, en dépit de la large diffusion de ce repère nutritionnel, les Français mangent
toujours trop peu de fruits et légumes. En 2007, seuls 7% des enfants et 25 % des adultes atteignaient
l’objectif des « au moins 5 par jour ». Ce phénomène pourrait être en partie lié à une inadéquation
ou à une méconnaissance de l’offre alimentaire correspondante.

 LES 9 REPERES NUTRITIONNELS DU PNNS
- Fruits et légumes : au moins 5 par jour.
- Lait et produits laitiers (yaourts, fromages) : 3 par jour.
- Pains, céréales, pommes de terre et légumes secs : à chaque repas et selon l’appétit.
- Viandes et volailles, produits de la pêche et oeufs : 1 à 2 fois par jour.
- Matières grasses ajoutées : limiter la consommation.
- Produits sucrés : limiter la consommation.
- Sel : limiter la consommation.
- Boissons : de l’eau à volonté.
- Activité physique : au moins l’équivalent d’une demi-heure de marche rapide chaque jour.

  Les fabricants de compotes et de fruits au sirop s’engagent pour aider les Français à atteindre un objectif nutritionnel prioritaire

Cinq entreprises de la Section Fruits de la Fédération des Industries d’Aliments Conservés (FIAC) ont décidé de s’unir pour permettre aux Français d’atteindre un des objectifs prioritaire du Plan National Nutrition Santé (PNNS) : consommer davantage de fruits. Cette démarche s’est concrétisée par l’élaboration et la signature d’une charte collective d’engagements de progrès nutritionnel, charte validée en juillet dernier par Noël Renaudin, Président du comité de validation des chartes du PNNS.

« Pour votre santé, mangez au moins 5 fruits et légumes par jour » : trop de Français ont encore
bien du mal à appliquer cette recommandation clé du PNNS. Les fabricants de compotes,
confitures et fruits au sirop de la section fruits de la FIAC ont décidé d’oeuvrer ensemble pour les aider à augmenter leur consommation de fruits en développant la consommation de compotes et de fruits au sirop, des produits qui font partie intégrante de la recommandation du PNNS sur les fruits et légumes.


UNE CHARTE SIGNÉE PAR LES ENTREPRISES ET VALIDÉE PAR LES EXPERTS DU PNNS

Afin de sceller cette décision, les fabricants de la Section Fruits de la FIAC ont élaboré une charte collective d’engagements de progrès nutritionnels. Rédigée dans le cadre du deuxième programme (2006-2010) du PNNS et en fonction d’un référentiel défini par un comité d’experts à la demande des Ministres de la Santé, de l’Agriculture et de la Consommation, cette charte collective porte sur la composition nutritionnelle des produits, leur présentation et leur promotion (à l’exclusion de la confiture). Andros, Charles Faraud, Conserves France-St Mamet, Hero France et Materne ont signé la charte.

« Cette charte nous donne l’opportunité de valoriser les efforts déjà accomplis et ceux à venir.
Bien que conscients de la qualité nutritionnelle de nos produits, jusqu’ici nous ne mettions cet
aspect que très peu en avant, privilégiant les dimensions « plaisir » et « praticité ». Le contexte
de sous-consommation des fruits et la floraison des offres « faussement » fruitées nous a fait
réagir. Nous avons réalisé que depuis longtemps nous « faisions du PNNS » sans le savoir.
Notre ambition est d’aller vers « toujours plus de fruits et moins de sucre », même si il ne s’agit en aucun cas de diaboliser le sucre. De même, si nous voulons promouvoir la consommation des compotes et des fruits au sirop, nous affirmons qu’elle doit être complémentaire à celle des fruits frais, et non pas s’y opposer. »
Guy de la Morsanglière, président de la section fruits de la FIAC
 
DES ENGAGEMENTS MAJEURS
Les entreprises signataires de la charte s’engagent à :
- Réduire significativement les teneurs en sucres ajoutés des fruits au sirop, compotes et confitures à marque nationale.
- Promouvoir la consommation des produits à moindre teneur en sucres (dont allégés et sans sucres ajoutés)
- Développer l’étiquetage nutritionnel des produits à marque nationale. 100% de ces produits devront porter un tel étiquetage d’ici 2010.

FOCUS SUR LES OBJECTIFS NUTRITIONNELS 2010

- Pour les produits de type compotes : diminuer
d’au moins un point le taux de sucres moyen.
- Pour les confitures : passer sous la barre de 60%
de sucres.
- Pour les fruits au sirop : 90% des conserves de fruits
devront présenter un taux de sucres à la limite
inférieure prévue. Au moins 18% de la production
en volume devra être constituée de fruits au sirop
léger, au jus et au naturel.

COMMUNIQUER POUR QUE LES COMPOTES ET LES FRUITS AU SIROP DEVIENNENT UN COMPLÉMENT SPONTANÉ

Les compotes et les fruits au sirop sont des aliments pratiques, variés, bons et peu onéreux qui possèdent une haute qualité nutritionnelle. Les dernières données scientifiques le prouvent. Hélas, l’ensemble de ces qualités reste encore trop souvent méconnu. De ce fait, la consommation de compotes et les fruits au sirop ne représente en France que 10% de la consommation totale de fruits. En développant l’intérêt des consommateurs pour ces produits, il est possible d’obtenir une augmentation significative de la consommation de fruits. C’est précisément dans ce but que la charte élaborée par la FIAC prévoit la mise en place d’une campagne de communication collective.
Cette campagne a pour objectif de sensibiliser les médecins, premiers vecteurs de conseils
nutritionnels, à l’intérêt et aux qualités nutritionnelles des compotes et des fruits au sirop, pour qu’ils deviennent un complément spontané à la consommation de fruits frais : pratique, peu onéreux, source de bienfaits mais aussi de plaisir.
6
 
LES ENTREPRISES SIGNATAIRES DE LA PREMIÈRE CHARTE COLLECTIVE
D’ENGAGEMENTS DE PROGRÈS NUTRITIONNEL
Andros
Andros France (Lot) produit des confitures, des compotes et des desserts de fruits avec et sans
morceaux, en bocaux verre, en pots individuels et en gourdes. Les marques commercialisées
sont Bonne Maman pour la confiture et les compotes en bocaux verre (avec un très fort
courant à l’export) et Andros pour les confitures, les compotes, les desserts de fruits ainsi que
des jus de fruits (produits dans la Drôme).
Andros France est aujourd’hui leader du marché français des confitures, des compotes en
bocaux verre et des desserts de fruits vendus au rayon réfrigéré et le deuxième du marché
des jus réfrigérés, derrière Tropicana/Pepsi Cola.

Charles Faraud
La société Charles Faraud (Vaucluse), c’est un savoir faire unique dans la transformation des
fruits et des légumes. Coté fruit, la société produits des compotes tamisées et des compotes
avec morceaux, des fruits en morceaux et des fruits entiers pelés, des salades de fruits et des
mélanges de purées et de morceaux de fruits. Côtés légumes, on trouve des plats cuisinés,
des produits provençaux et des salades. Les conditionnements sont variés, allant du bocal en
verre à la boîte en métal en passant par les coupelles (plastique et aluminium), les poches
souples et les gourdes avec bouchon.

Hero
Spécialiste des desserts de fruits sans sucre ajouté, Hero innove en permanence pour offrir
à ses consommateurs des produits de qualité avec un unique objectif, être le plus proche
possible des fruits d’origine. Implantée dans la Drôme, au coeur d’une des premières régions
productrices de fruits en France, Hero s’attache, depuis ses origines, à préserver le goût et les
bienfaits des fruits.
Hero exerce en outre son métier en s’efforçant de minimiser ses incidences sur l’environnement.
Hero a obtenu dès 2003 l’accréditation ISO 14001.

Materne
Materne (Rhône) est le leader du marché des compotes en coupelles au rayon épicerie et
de celui des compotes en gourdes, vendues sous la marque Pom’Potes. L’entreprise est en
outre le numéro deux des confitures allégées grâce à la marque Confipote.
Materne est aussi en bonne position sur le marché des biscuits, grâce aux produits Cadburry.
C’est également un fournisseur de premier ordre des marques de distributeurs (compotes),
de l’industrie (fourrages pour biscuits et pâtisserie) et de la restauration hors foyer.

Conserves France-Saint Mamet
Depuis plus de 50 ans, la marque St Mamet affine son savoir-faire fruitier et propose des produits qualitatifs aux consommateurs.
La marque St Mamet (production Languedoc-Roussillon) est leader du marché des fruits au
sirop en France sur les circuits GMS et Restauration hors foyer. Outre les fruits au sirop, sur le circuit de la Restauration hors foyer, la marque commercialise des desserts de fruits, des confitures et des produits du petit déjeuner.
La diversité de fruits proposés, la variété des emballages, les formats adaptés à chacun des
besoins des utilisateurs, font de St Mamet une marque partenaire quotidienne des Français.
 
Les compotes et les fruits au sirop, des atouts santé dont on aurait tort de se priver

La qualité des fruits en compote ou au sirop n’a jamais été aussi bonne, au point d’être équivalente à celle des fruits frais, y compris sur le plan nutritionnel : les procédés modernes mis en oeuvre lors de la préparation des fruits modifient à peine leur teneur en nutriments. Et si des différences minimes subsistent entre les atouts nutritionnels des compotes et des fruits au sirop et ceux des fruits frais, ils n’en sont que plus complémentaires.

En raison de leur composition nutritionnelle et leur procédé de préparation, les compotes et les
fruits au sirop sont des produits qui possèdent toutes les qualités requises pour participer à une alimentation équilibrée, au même titre que les fruits frais. Les fruits employés pour leur préparation sont issus des mêmes vergers que les fruits frais vendus sur les marchés ou dans les grandes surfaces.

On leur ajoute de la vitamine C et parfois du sucre pour préparer les compotes, du sucre et parfois du jus de fruit, de l’eau et un acidifiant pour les fruits au sirop.
Un livre blanc faisant le point sur l’ensemble des données scientifiques relatives aux compotes et aux fruits au sirop a été réalisé à l’initiative de l’AFIDEM et des cinq entreprises signataires de la charte collective d’engagements de progrès nutritionnel. Ce dossier scientifique démontre que les fruits préparés en compote ou au sirop ont toute leur place dans les « 5 fruits et légumes par jour » recommandés par le Plan National Nutrition Santé.

LES ATOUTS DE LA COMPOTE DE POMME
Les compotes de pomme sans sucres ajoutés
présentent une valeur calorique (56 à 60 kcal/
100g) et un apport en sucres (12 à 13,5 g/ 100g)
très proches de la pomme fraîche. Elles apportent
autant de fibres, de polyphénols et de caroténoïdes
qu’une pomme fraîche pelée, et parfois davantage
de vitamine C.

UN APPORT EN SUCRES AJOUTÉS MODÉRÉ
La quantité de sucres ajoutés lors de la préparation des compotes et des fruits au sirop n’a  cessé de diminuer au cours des vingt dernières années. Aujourd’hui, les compotes classiques
contiennent l’équivalent de 1,5 à 2 morceaux de sucre ajoutés par pot de 100 g. Dans les versions « moins sucrées » ou « allégées » il a y moins d’une cuillère à café de sucre ajouté.
Concernant les fruits au sirop, lorsque les fruits sont égouttés, l’apport en sucre reste également très raisonnable, proche des fruits frais.
 
DES FIBRES ET DES MICRONUTRIMENTS PRÉSERVÉS

Les dernières données scientifiques disponibles le confirment : les méthodes actuelles de fabrication  des compotes et des fruits au sirop n’altèrent pas la qualité nutritionnelle des fruits qu’ils contiennent

- Les traitements thermiques nécessaires à la production des compotes et des fruits au sirop ont un impact plutôt favorable sur les teneurs totales en fibres alimentaires : ils entraînent une
augmentation de la teneur en fibres solubles. Il n’y a de perte en fibres totales que si les fruits sont pelés avant la cuisson. - Si la vitamine C est très sensible à la cuisson, la fabrication des
compotes et des fruits au sirop ne la détruit pas complètement. La teneur totale en vitamine C est par ailleurs souvent rétablie par l’ajout d’acide ascorbique. Un pot de compote renferme
en moyenne 5 à 10% des apports journaliers recommandés en vitamine C.

- Les teneurs en polyphénols et en caroténoïdes des purées de fruits sont similaires, voire supérieures à celles des fruits frais. Ces nutriments aux propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires ne sont pas altérés par la cuisson et l’ensemble des traitements
nécessaires à la préparation des produits à base de fruits. Un pot de compote d’abricot contient 20% des apports journaliers recommandés en caroténoïdes et en polyphénols.

A PROPOS DES PESTICIDES

Point sur les teneurs en pesticides1 des fruits préparés et prêts à la consommation
Les fruits employés dans les produits de compotes et fruits au sirop sont issus des mêmes vergers que
les fruits que chacun achète sur le marché ou en grande surface. Ces arbres fruitiers bénéficient de
traitements phytosanitaires2 afin de préserver la santé des arbres et des plants, puis pour assurer une
protection contre les maladies et les nuisibles (insectes, champignons, parasites…) mettant en péril le
bon développement des végétaux en culture.
Ces traitements sont très encadrés par la loi (qualité, quantité, fréquence…) afin de respecter non
seulement l’environnement, mais surtout, la sécurité du producteur – en contact direct avec ces
substances – et bien sûr, celle du consommateur final. Afin de minimiser les résidus de pesticides3 sur
les fruits récoltés, les traitements ne sont plus possibles plusieurs jours avant récolte. Ensuite, bien sûr, les
fruits sont systématiquement lavés avant d’être livrés ou transformés.
Les contrôles réalisés par les services sanitaires, et rassemblés par l’observatoire national des pesticides
s’effectuent au stade de la fabrication, de la vente (en gros et au détail) et au stade de l’utilisation.
Les producteurs de compotes et de fruits au sirop s’engagent au travers de cahiers des charges signés
avec leurs producteurs au respect de la réglementation en vigueur. Ils valident cet engagement par
un plan de contrôle annuel.
Les analyses effectuées reprennent des screening de différentes molécules et de produits de
dégradation mais également de certains métaux lourds et mycotoxines. Les industriels valident que les
taux trouvés soient inférieurs aux LMR4 ainsi qu’aux valeurs réglementaires
Quelles analyses ?
Plus de trente substances sont analysées5, ainsi que certains produits de leur dégradation. Les traces qui
sont retrouvées sont toujours inférieures aux LMR, dont les doses maximales sont de l’ordre de quelques
parties par billion.

1. Les pesticides (étymologiquement « tueurs de fléaux »)
2. Le contrôle des produits phytopharmaceutiques obéit à une obligation communautaire (article 17 de la directive 91/414/CEE).
3. http://www.observatoire-pesticides.gouv.fr/
4. LMR : limite maximale de résidus
5. CTCPA pour AFIDEM mars 2008

Mise à jour le Samedi, 29 Novembre 2008 17:47
 

 

Copyright © Dietetique.com.fr - Tous droits réservés - Reproduction interdite - Mentions légales

moins de 5€_online_468x60_19

Sur Cinetv retrouvez toutes les bandes annonces vidéos des prochains films à sortir au cinéma

Bandes annonces cinéma HD – CinéTV

| More