Accueil Consultez nos articles Rechercher Qui sommes-nous ? Cuisinez sans sel : recettes et astiuces

DIETETIQUE FACEBOOK

Sachez ce que vous mangez

Calculateur de calories

00Sel

Composition Florale

Qui est en ligne ?

Nous avons 51 invités en ligne

Accord Vins/mets

Habitat Ecologie

Régimes


Les plantes, compléments alimentaires Envoyer
Articles et brèves par thème
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   
Une alimentation équilibrée est indispensable à une bonne santé.

Des études ont montré l’existence, dans nos pays industrialisés, de catégories de personnes subcarencées.
Quelles solutions apporter?
Les quelques Compléments Alimentaires disponibles sur le marché peuvent-ils avoir un rôle bénéfique?
Ou en est-on à ce sujet en France? Et en Europe?
Mr Pedro Vicente Azua (spécialiste à la Commission Europènne) et Mr Jacques Karlson (secrétaire général de Synadiet)ont tenu une conférence à ce sujet.


Les Compléments Alimentaires existent depuis quelques décennies. Leur apparition date des années 70: ils répondaient à une demande essentiellement tournée vers la lutte contre l’obésite.
Dans les années 80, les produits allégés en Lipides et les édulcorants sont apparus.
Puis, durant les années 90, la prise de conscience du consommateur d’une relation alimentation/santé est née avec un objectif: le “bien-manger”.
Les industriels ont elaboré de nouveaux produits; quelques Compléments Alimentaires sont apparus. Mais, la réglementation française, basée sur des textes anciens, reste stricte et bloque considérablement l’extension de ce marché, par rapport aux autres pays européens.
Un autre frein existe: le tout puissant monopole pharmaceutique.

A PROPOS DES PLANTES:

La polémique n'est pas encore soulevée. L’utilisation des plantes en France est trés restrictive: 34 plantes sont reconnues contre plus de 300 en Belgique.

Des scientifiques du Comité Supérieur d’Hygiène Publique de France (CSHPF) ont répertorié récemment une liste de 360 plantes classées en 3 catégories:
- les plantes utilisées en alimentation courante sans restriction d’emploi,
- les plantes utilisées en alimentation courante avec restriction d’emploi,
- les plantes médicinales inscrites à la Pharmacopée et pouvant être utilisées en alimentation.

Des experts de l’Agence Francaise de la Sécurite Sanitaire des Aliments (AFSSA) vont maintenant travailler sur chaque plante et établir le rôle des “phytoconstituants”, leurs fonctions et leurs formes d’utilisations possibles et permises.

Les propriétés anti-oxydantes (prévention des maladies cardiovasculaires, cancers, vieillissement…) de certaines plantes (y compris des fruits et légumes) sont reconnues depuis plusieurs années.
D’autres substances (le bêta-carotène des carottes, les phytostéroides du soja) font et ont fait l’objet de travaux: leur rôle physiologique et protecteur est quasi démontré.

Les plantes pourraient donc bientôt être assimilées à des Compléments Alimentaires.

Mise à jour le Lundi, 24 Octobre 2016 16:08
 
Les promesses non tenues des régimes à la mode. Envoyer
Articles et brèves par thème
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Chaque semaine, fleurissent, dans les pages des magazines féminins, de nouveaux régimes amaigrissants.Nous savons tous très bien que la réponse à notre problème de surpoids ne réside pas dans « les quartiers de pamplemousse» ou « le lait de yack fermenté » : nous espérons toujours cependant y trouver une solution miracle, et nous nous partons dans l'aventure.
Pourquoi?

Image Active


La réponse est simple: essayer de perdre du poids et continuer à garder la ligne une fois notre poids "ideal" atteint, est une difficultés des programmes de santé. Il est facile pour le médecin de famille de dire « Perdez 30 kilos, puis revenez me voir », et vous offiir pour tout soutien une feuille de régime. Mais, pour y arriver, c'est une autre histoire...


Si c'était si facile, il est évident que depuis longtemps nous ne considérerions plus la surcharge pondérale et les maladies qui en découlent comme la première épidémie de ce monde moderne. Or, la proportion de personnes présentant un excès de poids ne cesse d'augmenter. Chose encore plus inquiétante, l'âge auquel survient ce problème continue de baisser. Notre siècle sera le premier au cours duquel l'espérance de vie des enfants apparaisse comme inférieure à celle de leurs parents!


Ne vous moquez pas des personnes trop fortes. Ne les dénigrez pas en associant cet excès de poids à de la paresse ou à de la gloutonnerie, soyez compatissant et essayez de les aider. Avant tout, admettez qu'il est extrêmement difficile de perdre du poids et que les personnes éprouvant le besoin d'essayer d'y arriver se raccrochent à ces pilules magiques ou ces poudres de perlimpinpin qui promettent de faciliter la tâche. Les docteurs-miracles et les charlatans qui essayent de vendre leurs articles anti-poids devraient être mis devant leurs responsabilités.


Des actions de mise en place de réglementations et de codes de communication sont déployées à travers l'Europe pour empêcher les consommateurs vulnérables de tomber dans le piège des régimes frauduleux. Néanmoins, ces actions sont ralenties par l'offre toujours plus importante de vente par correspondance, difficile à stopper et provenant généralement de pays hors Communauté Européenne. Les consommateurs crédules, désireux de trouver à tout prix la solution miracle, constituent la cible idéale pour ce type d'escroquerie. Malheureusement, ils perdront davantage d'argent que de poids...

 

Mise à jour le Vendredi, 22 Mars 2013 16:31
Lire la suite...
 
Le sucre dans l'alimentation contribue-t-il à la constitution de l'obésité ? Envoyer
Articles et brèves par thème
Écrit par Nathalie Debernardi Pharmacien   

Le caractère agréable du goût sucré est susceptible de favoriser une consommation importante de plusieurs aliments ou boissons qui peuvent contribuer de manière significative aux apports énergétiques .
Le goût pour le sucré est inné et la plupart des adultes conservent une attirance marquée pour plusieurs aliments ou boissons qui contiennent du sucre. Si l'industrie agro-alimentaire a investi des fortunes pour développer les édulcorants intenses qui ont le goût du sucre sans son contenu énergétique, c'est bien parce que le sucre est un produit qui stimule la consommation et qui est susceptible de favoriser un excès d'apports énergétiques.
Au cours des toutes dernières années, une forme particulière de consommation de sucre a attiré beaucoup d'attention : celle de la consommation de boissons sucrées.

De nombreuses études suggèrent que l'énergie ingérée sous forme liquide soit mal prise en compte par les mécanismes de régulation qui, théoriquement du moins, ajustent les consommations aux besoins.

Mise à jour le Lundi, 24 Octobre 2016 16:05
Lire la suite...
 
Pas de forme sans activité physique Envoyer
Articles et brèves par thème
Écrit par James Collier Diététicien   

Dans un grand nombre d'études transversales dans différentes populations, une association inverse est retrouvée, comme attendu, entre le niveau habituel d'activité physique ou la capacité cardiorespiratoire d'une part, et différents indicateurs d'obésité d'autre part. Les études prospectives sont moins nombreuses.

Leurs résultats indiquent que l'activité physique peut jouer un rôle d'atténuation du gain de poids au cours du temps, sans toutefois permettre de prévenir complètement le phénomène, ni promouvoir une perte de poids au niveau des populations. De façon intéressante, dans une large cohorte de près de 9 000 hommes d'âge moyen (étude PRIME) incluant des sujets français des trois centres de l'étude MONICA, il a été montré que des activités d'intensité modérée de la vie quotidienne, telles qu'aller au travail en marchant ou en vélo, étaient inversement associées au gain de poids après cinq ans de suivi. Quelques études suggèrent de plus une relation inverse entre le niveau habituel d'activité physique et la localisation abdominale de la graisse.

Des données récentes indiquent qu'après prise en compte de l'activité physique et des habitudes alimentaires le temps passé assis à regarder la télévision, assis au travail ou en conduisant sont chacun liés positivement au risque d'obésité. De façon intéressante, l'impact de l'apport lipidique sur le risque de prise de poids dépendrait du niveau habituel d'activité physique.

La relation liant activité physique et corpulence est de type dose/réponse, mais l'allure de la courbe demande à être précisée. Dans le contexte alimentaire occidental actuel, une dépense énergétique liée à l'activité physique de 1 000 kcal/semaine n'est peut-être pas suffisante.

Il a été suggéré que la pratique de 60 à 80 minutes d'activité d'intensité modérée par jour (environ 2 500 kcal/semaine) était nécessaire, en association avec une alimentation adaptée, pour permettre le contrôle du poids, notamment après amaigrissement chez l'obèse.

 

Mise à jour le Mardi, 04 Juillet 2017 15:50
Lire la suite...
 
RETROUVONS LA FORME APRES LES FETES... Envoyer
Articles et brèves par thème
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   


Chocolats par ci, foie gras par là et encore un peu de champagne … Après les fêtes, plus question de monter sur la balance! Pour retrouver la forme comme la ligne, voici un petit programme, “légèreté et sérénité” dans notre assiette …
Faisons un “grand ménage” et rechargeons nos batteries pour débuter cette année en pleine forme!

Pour cela, 2 mots-clés “Eliminer” puis “Se ressourcer”.

Pour éliminer:


Il faut évacuer toutes les toxines et autres déchets qui se sont accumulés dans notre organisme avec tous les excès des fêtes de fin d’année. Pour cela, une seule chose à savoir: Boire en grande quantité de l’eau, seule boisson indispensable à notre organisme.
En effet, pour évacuer tous les déchets, nos reins filtrent quotidiennement 150 litres d’eau. Il est donc recommandé de boire 1,5 à 2 litres d’eau par jour pour que ce “grand nettoyage” se fasse dans de bonnes conditions. Pensons aux tisanes, infusions, mais aussi aux bouillons de légumes.
Les fruits et les légumes, constitutés de 75 à 95 % d’eau participent aussi à cet apport hydrique. Pauvres en calories, ils ne surchargent pas notre organisme et apportent au contraire légèreté et vitalité.


Pour se ressourcer:

Après avoir purifier notre corps, il faut maintenant repartir sur de nouvelles résolutions alimentaires et choisir judicieusement ce que nous allons mettre dans nos assiettes:
- favorisons les aliments revitalisants, c’est à dire les fruits et les légumes: riches en vitamines et minéraux, ils nous aident à lutter contre la fatigue et la baisse de tonus;
- choisissons les aliments riches en “énergie”, les féculents: riches en glucides complexes, ils apportent l’énergie dont nous avons besoin pour affronter les longues journées d’hiver
- chassons les aliments “coup de pompe”: les sodas et sucreries, les graisses, l’alcool.
Donc mangeons moins et plus léger mais mangeons! Surtout ne sautons pas de repas et, n’entamons pas un régime draconien qui aggravera notre fatigue. Mangeons dans le calme, lentement et sans grignoter entre les repas!

La fête, c’est bon pour le moral. Mais pas question de ruiner sa forme et sa ligne!
Mise à jour le Jeudi, 30 Décembre 2010 10:51
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 Suivant > Fin >>

Page 2 sur 4

 

Copyright © Dietetique.com.fr - Tous droits réservés - Reproduction interdite - Mentions légales

moins de 5€_online_468x60_19

Sur Cinetv retrouvez toutes les bandes annonces vidéos des prochains films à sortir au cinéma

Bandes annonces cinéma HD – CinéTV

| More