Accueil Consultez nos articles Rechercher Qui sommes-nous ? Cuisinez sans sel : recettes et astiuces

DIETETIQUE FACEBOOK

Sachez ce que vous mangez

Calculateur de calories

00Sel

Composition Florale

Qui est en ligne ?

Nous avons 73 invités en ligne

Accord Vins/mets

Habitat Ecologie

Toute la dietetique en un seul clic
La réglementation des produits bio Envoyer
Articles et brèves par thème - Bio - Naturopathie
Écrit par LIVERNAIS LAURENCE   


L'étiquetage d'un produit biologique est strictement réglementé. Cette réglementation répartit les produits biologiques en trois groupes. Bio à 95 % et plus: C'est le "top" de la bio.

Il s'agit de tous les produits transformés dont la teneur en ingrédients d'origine biologique est supérieur à 95 %. Sur l'emballage de ces produits est mentionné "issu de l'agriculture biologique" et le logo AB peut être ajouté si le producteur le désire. S'il s'agit d'un produit composé d'un seul ingrédient issu de l'agriculture biologique, ce produit est 100 % Bio.
Les 5 % autorisés, mais non systématiques, sont une marge pour les ingrédients qui manquent à la production biologique. Cette liste d'aliments diminue d'année en année. L'étiquetage Les mentions obligatoires

Les mentions facultatives "Agriculture biologique" ou "Produit de l'agriculture biologique" ou "X % des ingrédients d'origine agricole ont été obtenus selon les règles de la production biologique" Nom de l'organisme certificateur (ex: ECOCERT) ( FR AB01 est le numéro d'agrément d'ECOCERT ). "Système de contrôle CEE" Logo AB Bio à 70 % et plus: Cette catégorie regroupe les produits qui contiennent entre 70 et 94 % d'ingrédients d'origine biologique. Le label AB ne peut pas être attribué à ces produits. Il doit être mentionné sur l'emballage "X % d'ingrédients d'origine agricole ont été obtenus selon les règles de la production biologique".

L'étiquetage "X % des ingredients d'origine agricole ont été obtenus selon les regles de la production biologique" Nom de l'organisme certificateur Liste des ingrédients dans l'ordre décroissant avec référence au mode de production biologique Moins de 70 %: Un produit qui contient moins de 70 % d'ingrédients issus de l'agriculture biologique n'est pas un produit biologique et n'a droit à AUCUNE référence.

Bio en conversion: Si le produit provient de parcelles en conversion depuis au moins 12 mois avant la récolte, la mention "conversion vers l'agriculture biologique" est permise une fois celui-ci contrôlé. Les produits de conversion ne peuvent être utilisés comme ingrédients dans les produits transformés contenant plusieurs ingrédients issus du mode de production biologique.

Droit de réponse de Dominique Schwendimann Responsable Qualité/Environnement Bonjour, Je visite votre site et constate des erreurs concernant notre organisme certificateur dans la rubrique "bio / Les organismes de certification et de contrôle agréés en France'. Il ne s'agit pas de ECOVERT mais bien de ECOCERT.

Notre numéro d'agrément apparaît à coté du nom QualiteFrance. C'est une erreur importante car le numéro d'agrément ministériel est propre à chaque organisme certificateur ( FR AB01 est le numéro d'agrément d'ECOCERT ! ).

De plus vous ne pouvez écrire "Ils contrôlent l'application des différents cahiers des charges chez tous les acteurs de la filière arborant le logo AB. " en parlant des organismes certificateurs. Ces termes sont restrictifs sachant que tous les produits certifiés en agriculture biologique en France ne portent pas nécessairement le logo AB.

La mention obligatoire sur les produits issus de l'AB sont "Certifié par NOM ORGANISME CERTIFICATEUR". Le logo AB est la propriété du ministère de l'agriculture et de la pêche mais n'est pas obligatoire sur les produits issus de l'agriculture biologique. Nous vous demandons de bien vouloir modifier ces informations.

Mise à jour le Lundi, 29 Août 2011 06:38
 
Cake aux olives Envoyer
Articles et brèves par thème - Menus diététique
Écrit par James Collier Diététicien   

Pour 7 personnes 300Kcal/personne Image Active

250g de farine
1 sachet de levure chimique
4 oeufs
10 cl d'huile de maïs
1 yaourt
10 cl de vin blanc
10 cl de noilly ou de vermouth
200g de jambon de bayonne
150g d'olives dénoyautées
50g de gruyère râpé

Allumez le four à 180°C.
Versez la farine et la levure. Rajoutez les oeufs et mélangez.
Ajoutez l'huile et le yaourt, puis le vin blanc et battre au fouet.
Poivrez largement et ajoutez le noilly, continuez à battre. Ajoutez le jambon découpé ne petits cubes.
Ajoutez les olives et le gruyère râpé et mélangez à la cuillère.
Versez dans un moule à cake beurré. Cuire 30 min.

 

Parfait avec un Muscat d'Alsace, notamment !

Mise à jour le Mardi, 08 Mars 2011 08:01
 
L'IMPACT DU MARKETING POUR LES CALORIES PERCUES: Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par James Collier Diététicien   

L'estimation des calories est difficile, souvent erronée et systématiquement influencée par les actions marketing. Ainsi, sont fortement sous-estimés les calories des grandes portions ainsi que les calories des aliments présentés comme «bons pour la santé ».

Mettre davantage l'accent sur les aspects quantitatifs, et pas simplement qualitatifs, de l'alimentation constitue une piste intéressante pour améliorer la qualité des estimations des calories.


Au cours des vingt dernières années, trois actions marketing ont joué un rôle sur l'estimation des calories l'augmentation de la taille des portions, la communication nutritionnelle et notamment les allégations « bon pour la santé », la combinaison dans un même plat ou dans un même repas d'aliments perçus comme « bons» et « mauvais » pour la santé.

BIAIS VISUELS LIES A L'AUGMENTATION DE LA TAILLE DES PORTIONS

Pour estimer le poids ou le nombre de calories des portions, la plupart des individus s'appuient sur des indications visuelles comme le volume des conditionnements et peu nombreux sont ceux qui lisent les informations sur la quantité. Parallèlement, ils sous-estiment fortement l'accroissement du volume des objets. Or, la taille moyenne des portions et des conditionnements n'a cessé d'augmenter au cours des dernières années.
Il a été démontré que les calories perçues sont faiblement surestimées pour les petites quantités mais fortement sous-estimées pour les grandes. Mais aussi : l'augmentation des tailles des portions et des conditionnements accentue la sous-estimation du nombre de calories des aliments et des repas (ce qui incite à choisir des portions plus grandes). Des études ont en outre révélé que les biais des calories perçues sont semblables quel que soit l'IMC des individus.
En utilisant la technique de l'estimation par morceaux, il est possible de corriger les biais créés par la taille des portions. En d'autres termes, il s'agit de remplacer l'estimation d'une portion de grande taille par l'estimation de plusieurs portions de petite taille dont le nombre de calories est évalué de manière plus juste.

 



BIAIS DE HALO LIES AUX ALLEGATIONS « BON POUR LA SANTE

Lorsque l'information sur les calories n'est pas directement disponible, les individus se basent sur des indices contextuels : informations nutritionnelles telle la teneur en matière grasse, positionnement de la marque mettant en avant des bénéfices supposés pour la santé, nombre de calories d'autres plats au menu. Tous les indices suggérant que l'aliment est «bon pour la santé» peuvent créer un effet de halo abaissant les calories perçues.
Des études ont mis en évidence que le nombre de calories d'un aliment perçu comme « bon pour la santé» est fortement sous-estimé alors que le nombre de calories d'un aliment «mauvais pour la santé» est légèrement surestimé. Par ailleurs, la mention « à faible teneur en matière grasse» fait fortement baisser les calories perçues. Là encore, les biais de halo ne varient pas avec l'IMC.

 

 

Mise à jour le Vendredi, 22 Mars 2013 16:30
Lire la suite...
 
Comment achetez sans intermédiaires ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par Hervé Cassar   

Les AMAP, Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne, sont des partenariats de proximité entre un groupe de consommateurs et une ferme, souvent située en zone péri-urbaine, se développant à partir de la vente directe par souscription des produits de cette dernière.
Elles sont adaptées à tout type de production, et particulièrement à celle des fruits et légumes.

Dans une AMAP, les consommateurs choisissent avec l'agriculteur les légumes à cultiver, le prix de la souscription, et les modalités de distribution des produits (fréquence, lieu, horaires...). Ensuite, chaque consommateur achète à l'avance sa part de récolte qu'il viendra récupérer pendant la saison de production selon les modalités définies.

 

En général, une distribution de légumes en AMAP se déroule de la manière suivante :
A tour de rôle, un adhérent est responsable de la distribution de la semaine. Il est chargé d'installer les cagettes de produits que le fermier a apportées, d'indiquer sur un tableau la composition du panier de la semaine, et d'accueillir les autres adhérents (émargement des présents, remise d'un bulletin de liaison contenant notamment des nouvelles de la ferme et des recettes de cuisine, etc.).
Chaque adhérent peut alors composer son panier en suivant les indications au tableau. S'il n'aime vraiment pas un des légumes proposés, il peut le déposer dans le "panier d'échanges" et prendre de ce panier un autre légume.
Le maraîcher assiste à la distribution et répond volontiers aux questions des adhérents sur l'avancée des cultures, sur la prochaine sortie à la ferme, etc.


Ce qui distingue les AMAP d’autres formules de "panier bio" ou "panier paysan", c’est le respect des 6 engagements suivants :

Côté consommateur

• l’engagement financier à travers l’achat à l’avance d’une partie de la récolte sur une période donnée ;

• l’engagement économique et moral à travers la solidarité avec l’agriculteur dans les aléas de la production (partage des risques et des bénéfices naturels) ;

• l’engagement associatif par leur participation à la vie de la structure (gestion des souscriptions, organisation des distributions de paniers, communication, animation...).

Côté producteur

• l’engagement technique et économique de fournir des produits de haute qualité (nutritionnelle, organoleptique, environnementale et sociale) selon les modalités définies avec le groupe de consommateurs ;

• l’engagement associatif de s’investir dans la vie du groupe (rôle pédagogique, animation, information…) ;

• l’engagement d’assurer une transparence sur la vie de leur exploitation (situation économique, origine des produits fournis, méthodes de production utilisées).

De part ces engagements réciproques, chaque AMAP offre de nombreux avantages :

• Une alimentation saine et un environnement préservé : les produits sont frais, de saison, diversifiés (notamment avec remise au goût du jour des variétés anciennes et de terroir), cultivés sans produits chimiques de synthèse, et disponibles à mesure qu’ils mûrissent. La proximité de la ferme (au maximum 100 km) minimise les transports et l’usage d’emballage.

 

Mise à jour le Dimanche, 16 Décembre 2012 09:12
Lire la suite...
 
Y-A-T-IL UNE CRISE DE CONFIANCE SUR LES PRODUITS BIO ? Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

Près de 50% des français avouent ne plus faire confiance aux produits bio. Est-ce dû aux prix plus élevés, au manque de preuve de l'avantage nutritionnel ??  L'agriculture Bio est règlementée par des chartes strictes quant aux méthodes culturales : pas de pesticides, de produits phytosanitaires, utilisation de la bouillie bordelaise....

Dans l'agriculture conventionnelle, on a le droit de répandre des substances chimiques qui  se retrouve sur le légume ou le fruit en dose infime, on mesure difficilement l'impact sur notre santé à long terme.. mais cela instaure des inquiétudes des consommateurs ce qui a provoqué un phénomène de mode. Les détracteurs du Bio accusent le fumier  qui développerait des micro-organismes pathogènes... chacun prêche pour sa « chapelle »

 

Les consommateurs veulent des chiffres exacts, des preuves, pour l'instant le manque de recul ne  permet pas d'affirmer si le Bio est meilleur pour la santé ou pas. C'est souvent une histoire de bon sens, de qualité organoleptiques à la dégustation, de « philosophie » qui conforte le consommateur dans ses choix.

 

Anecdote parlante : on a observé que 9 aliments bio sur 10 ne contenaient pas de résidus de pesticides de synthèse ou produits phytosanitaires. Une étude a été réalisée aux États-Unis par l'Université Emory (Atlanta) cela consistait à comparer les analyses d'urine de deux enfants l'un nourri au bio et l'autre de façon «conventionnelle » la conclusion a été que le taux de pesticides était 10 fois plus élevé dans les urines du second. Cela induit qu'il serait donc meilleur pour la santé d'éviter d'ingérer des pesticides de synthèse.  Mais rien n'est prouvé ! selon l'American Journal of Clinical Nutrition il n'existerait aucune différence de qualité nutritionnelle entre les produits bio et conventionnels, des résultas qui confirment ceux de l'Afsa en 2003.

 

Tout cela reste encore un peu nébuleux mais il y a de l'espoir, l'Agence nationale de l'environnement et du travail (Anses) « planche » sur le projet Pericles qui consiste à identifier les différents « coktails » de pesticides les plus problématiques pour notre santé notamment ceux qui perturbent notre système endocrinien, on devrait en connaître les résultats en 2012 et il est probable que cela aura une incidence sur nos modes de consommation et donc d'achat.

 

L'agriculture moribonde s'oriente souvent vers des seuils de rentabilité plus élevés et on ne peut la blâmer... il y va souvent de la survie de l'exploitation. Même si les produits bio se vendent plus chers cela ne suffit pas tout le temps à compenser le manque à gagner. Pour la plupart des producteurs, il s'agit surtout de convictions personnelles, d'engagement pour la « sauvegarde de la planète ».. Finalement la polyculture comme elle se pratiquant au « bon vieux temps » semblerait être la meilleure solution, mais là aussi il faudrait changer la politique agricole effectuée ces 50 dernières années... une reconversion totale de l'agriculture est-elle souhaitable ? surtout que dans beaucoup d'exploitations on pratique déjà la lutte raisonnée. La mode bio actuelle n'est-elle pas, hormis les pratiquants convaincus de la « première heure », devenue une alimentation de « classe supérieure » ?

 

Mise à jour le Jeudi, 26 Avril 2012 07:27
 
Livre de recette sur écran tactile Envoyer
Articles et brèves par thème - Menus diététique
Écrit par Administrateur   

Nouveau : Cette tablette tactile Wi-Fi de 25.4 cm est conçue pour vous aider à réaliser de bons petits plats. Si vous souhaitez plus que les 500 recettes interactives préchargées, il faudra opter pour le passe mensuel à 12.95 € qui vous permettra de bénéficier de plus de 2000 recettes, 500 vidéos et plein d'autres avantages.

Mise à jour le Lundi, 30 Novembre 2009 17:50
Lire la suite...
 
Dénitrition chez les seniors ... Envoyer
Articles et brèves par thème - Les étapes de la vie
Écrit par James Collier Diététicien   
La dénutrition provoque une altération de l'état général et a notamment des conséquences sur la fragilité osseuse. Dans les cas les plus graves, elle peut entraîner le décès. Le MNA permettrait de réduire de 20% la mortalité et de 30% les placements en maison de retraite.
Mise à jour le Jeudi, 02 Juillet 2009 18:23
Lire la suite...
 
Régulation physiologique du comportement alimentaire Envoyer
Articles et brèves par thème - Formation
Écrit par James Collier Diététicien   

Le comportement alimentaire désigne l'ensemble des conduites d'un individu vis-à-vis de la consommation d'aliments. La principale fonction physiologique de ce comportement est d'assurer l'apport des substrats énergétiques et des composés biochimiques nécessaires à l'ensemble des cellules de l'organisme.
Il s'agit d'un comportement finement régulé. Sa régulation entre dans le cadre plus général de la régulation de l'homéostasie énergétique qui vise à assurer une situation d'équilibre énergétique et permet de maintenir constant un niveau donné de masse grasse. Il existe également une régulation qualitative du choix des nutriments, démontrée par des expériences provoquant une carence protéique ou ionique qui montrent que l'animal carencé oriente son choix vers les aliments qui compensent cette carence. Toutefois cette dernière régulation n'a pas été démontrée chez l'homme et les voies régulatrices sont peu connues.

Comme tous les comportements, le comportement alimentaire est contrôlé par le système nerveux central (SNC). Il est actuellement admis que les principaux centres de contrôle du comportement alimentaire se trouvent au niveau de l'hypothalamus. Les notions classiques opposant un centre de la faim et un centre de la satiété ont été compliquées par la découverte progressive d'un grand nombre de neuromédiateurs, de récepteurs et de populations neuronales. Ces circuits neuronaux reçoivent par voie nerveuse et hormonale, des informations sur le statut énergétique de l'organisme permettant d'adapter avec une très grande précision les apports aux besoins. Cette régulation physiologique est modulée par des facteurs psychologiques, sociaux et environnementaux qui peuvent la perturber, expliquant la fréquence de l'obésité.


Description du comportement alimentaire


Rythmicité des prises alimentaires
Le comportement alimentaire se caractérise par des épisodes discontinus de prise alimentaire.
• Il existe une variation circadienne de la prise alimentaire opposant une période de prise alimentaire qui se fait pendant la période active (ou de vigilance), c'est-à-dire le jour pour les espèces diurnes comme l'homme, et une période de jeûne, qui correspond à la phase de repos (ou de sommeil). Ce caractère discontinu de la prise alimentaire, s'opposant à l'utilisation continue de substrats énergétiques par les cellules, implique une orientation différente des flux énergétiques (stockage ou libération de substrats énergétique à partir des réserves) pendant ces deux phases.
• Pendant la période d'alimentation la prise alimentaire est épisodique dans la plupart des espèces ; chez l'animal, l'intervalle entre deux prises alimentaires est un des facteurs régulant le niveau énergétique. Chez l'homme la répartition des épisodes de prise alimentaire est influencée par les normes sociales qui codifient le nombre et parfois la composition des prises alimentaires. Dans le cas de prises alimentaires codifiées par des règles sociales ou culturelles on parle de repas.

 

Mise à jour le Mardi, 08 Février 2011 10:25
Lire la suite...
 
L'alimentation est la base de tous les traitements Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par Brigitte Perrot   

Qu'il s'agisse de l'hygiène de vie quotidienne ou de traitements thérapeutiques, l'alimentation est à la base de tout. Pour un médecin ayurvédique, il faut d'abord modifier son alimentation quotidienne avant d'entamer un traitement, les deux sont indissociables. En effet, nos erreurs alimentaires peuvent provoquer des maladies. Il faut adapter notre alimentation à notre Dosha dominant et ainsi qu'aux saisons.

 

En l'absence de toute maladie, il faut plutôt manger sucré, salé, acide pendant les saisons froides. Piquant, amer et astringent pendant la saison chaude. A l'automne, privilégier ce qui sucré, piquant et âcre, tout ceci, bien sûr dosé en petites quantités, l'excès est nocif et entraîne un déséquilibre.

 

Consommé en excès, cela endommage certains organes, comme :

 

- la saveur sucrée, particulièrement agressive pour la rate et le pancréas, à éviter absolument en cas de diabète et en cas d'obésité, de tumeurs, de fièvre, de rhume, d'urticaire et de maux de tête.

 

- la saveur acide est agressive pour le foie, en cas d'anémie, de soif, d'oedème, de démangeaisons

 

- la saveur salée est contre-indiquée en cas de troubles reniais, hypertension, hémorragies, maladies des yeux

 

- la saveur piquante est agressive pour les poumons, les fièvres, vertiges, brûlures, troubles de l'ovulations et diminution de la fertilité

 

- la saveur amère est agressive pour le coeur, la constipation, la peau, les cheveux secs, la sécheresse des muqueuses.

 

- la saveur astringente est agressive pour le côlon, augmente les flatulences, fragilise les parois veineuses et artérielles.

 

 

La médecine ayurvédique conseille les aliments de saveur douce :

- Céréales : le riz, le millet, le blé, le sarrasin

- Les légumineuses : pois chiches, lentilles et fèves

- Légumes : artichaut, betterave, choux, laitue, champignons, oignons cuits, pomme de terre, courge et potiron, concombre

- Fruits frais et secs : cerise, poire, pêche, figue, datte, pistache, cacahuète, noix de cajou

- Les produits sucrés : miel, sucre blanc et roux, mélasse

- Huiles végétales : huile d'olive, de sésame et de tournesol

- Les laitages : lait de vache, chèvre, le beurre, la crème,

- Les protéines : viandes de boeuf, agneau, canard, les poissons et les oeufs.

 

Utiliser l'eau de rose dans vos salades de fruits ou pour parfumer vos confitures ou gâteaux c'est très bénéfique.

 

 

* Les aliments  de saveur acide :

- Les légumes : la tomate

- Les fruits : abricot, citron, orange, raison, ananas, fraise, grenade, coing, mangue, papaye

- Huiles végétales : l'huile d'arachide

- Laitages : yaourt, lait caillé

 

 

Mise à jour le Jeudi, 16 Septembre 2010 17:08
Lire la suite...
 
Alli : la pilule qui fait maigrir... aux toilettes Envoyer
Articles et brèves par thème - Régimes
Écrit par James Collier Diététicien   

Un allié pour la minceur ? Débarquée aux Etats-Unis en juin 2007, la pilule était en pharmacie dès les premiers jours. En France, les pharmaciens se frottent les mains. Alli a déjà généré 230 millions de dollars de chiffre d'affaires annuel et vous propose un contrat simple et radical à la fois : si vous mangez trop gras, il vous fait éliminer à coups de fortes diarrhées. Attention aux pièges, nombreux, que vous tend Alli. Sur le marché très lucratif de la minceur, aucun médicament n'avait jusque là soigné l'obésité sans effet secondaire grave : les coupe-faim, qui agissent sur des neuromédiateurs, ne marchent pas, disent les médecins. L'Acomplia, lancée par Sanofi-Aventis, a d'ailleurs été retiré du marché en octobre. La chirurgie, notamment la pose d'un anneau gastrique pour diminuer le volume de l'estomac, est certes efficace mais lourde, contraignante et risquée.Alli, qui consiste à s'infliger la punition de déféquer des graisses en cas d'excès, devrait donc faire un carton. Les forums féminins s'excitent déjà sur cette formule magique pour la ligne, vendue en contrebande sur Internet .

Punis-moi si je mange trop gras Alli est réservé aux personnes en surpoids, c'est-à-dire dont l'indice de masse corporelle (IMC), que l'on calcule en divisant son poids par sa taille au carré est supérieur à 25 (le chiffre est de 30 pour les obèses). Ce qui revient à peser environ 75 kilos pour 1,60 m.

La voie explorée par Alli est la suivante : pour se débarrasser des graisses, le plus simple, c'est de ne pas les métaboliser. Concrètement, c'est un « inhibiteur de lipase », qui limite l'action de l'enzyme chargée de « casser » les lipides ingérées en petites briques facilement assimilables par l'organisme. Il utilise l'orlistat, la molécule employée dans un médicament des laboratoires à qui GSK l'a rachetée. Elle est demi-dosée (60 mg au lieu de 120) mais promet 80% de l'efficacité du Xenical.

Quand on ingère Alli, on est contraint d'être soit très discipliné (fini les craquages alimentaires), soit très disponible et jamais loin des toilettes, car manger des graisses malgré les préconisations entraîne des désagréments peu ragoûtants, façon « gastro » (flatulences grasses, voire diarrhées incontrôlables). Alli est donc surtout une façon d'externaliser sa volonté de régime : « Oblige-moi à manger sainement. Et punis-moi si je le fais pas ».

 

Mise à jour le Dimanche, 28 Novembre 2010 16:11
 
L'Internet mobile va tout exploser Envoyer
News - Dernières news
Écrit par Administrateur   

"Une étude affirme que d'ici cinq ans, les internautes seront plus nombreux à se connecter via leur mobile que leur ligne fixe... Le mobile va-t-il détrôner l'ordinateur pour se connecter à Internet? C'est en tout cas ce qu'affirme l'analyste américaine (et renommée) Mary Meeker. Selon elle, les internautes seront bientôt plus nombreux à se connecter via leur mobile que leur ligne fixe.



Mise à jour le Samedi, 20 Février 2010 21:21
Lire la suite...
 
Bien manger pour bien grandir Envoyer
Articles et brèves par thème - Les étapes de la vie
Écrit par James Collier Diététicien   
Une alimentation équilibré... tous concernés : 9 questions pour tester vos connaissances
QUESTION VRAI FAUX
1. Mon enfant peut se passer de petit déjeuner. vrai faux
2. Il faut manger de la viande, poisson ou oeuf, au moins 2 fois par jour. vrai faux
3. Tous les jours, nous devons manger des fruits et des légumes. vrai faux
4. Les pâtes, font grossir. vrai faux
5. Mon enfant mange du ketchup à tous les repas. C'est de la tomate donc c'est bien. vrai faux
6. Dans un verre de coca, il y a au moins 4 morceaux de sucre. vrai faux
7. Mon enfant est petit, mais il peut se laver les dents. vrai faux
8. Mon petit est trop jeune pour faire du sport vrai faux
9. Un yaourt aux fruits, c'est comme un yaourt et un fruit vrai faux

 

Consultez les réponses

vignette-nutrition

 

Mise à jour le Jeudi, 03 Janvier 2013 16:40
Lire la suite...
 
Anticoagulants oraux et interactions alimentaires Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Webmaster   

IL n'existe pas d'interdit alimentaire particulier pour les patients sous antivitamines K.

Il doivent cependant veiller à diversifier leur alimentation. 

CONSEILS AUX PATIENTS SOUS AVK

• avoir une alimentation diversifiée,
• connaître les principaux aliments riches en vitamine K,
• ne consommer qu'une portion par jour d'aliments riches en vitamine K, sachant que des apports de l'ordre de 500 µg/j modifient peu l'activité des AVK. ∎
 

Mise à jour le Jeudi, 02 Juillet 2009 18:49
Lire la suite...
 
Le jour du Légume - Crumble de légumes Envoyer
Articles et brèves par thème - Menus diététique
Écrit par James Collier Diététicien   

Aujourd’hui, c’est crumble de légumes

 

PRÉPARATION POUR 5 PERSONNES
• Préparation : 15 min
• Cuisson : 20 min

 

 

INGRÉDIENTS
• 100g de brocolis
• 100 g de carottes
• 50 g de haricots verts extra fins
• 70 g de beurre
• 70 g de farine
• 2 cl huile d'olive
• sel, poivre.

 

 

   

LA RECETTE

• Réalisez le crumble en mélangeant le beurre en pommade (mou) avec la farine et le sel.
• Cuisez les légumes dans une eau bouillante 10 min. Refroidissez les dans la glace durant 5 min.
• Répartissez dans un plat à gratin les légumes puis couvrez de crumble.
• Enfournez et laissez cuire 20 min 200 °C (th7).

Les atouts nutrition :

Vous pouvez créer un crumble par saison. Pour l’été, remplacez vos légumes haricots verts, brocolis, carottes par des aubergines, courgettes et poivrons.


Mise à jour le Mercredi, 30 Janvier 2013 10:25
 
On ne doit pas manger trop d'oeufs Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par James Collier Diététicien   

Seules les personnes ayant un taux de cholestérol trop élevé doivent limiter ou supprimer la consommation d'oeufs.

Les oeufs sont d'excellents aliments et possèdent une grande valeur nutritionnelle.



RICHES EN PROTEINES
Ils contiennent des protéines d'excellente valeur biologique. On les trouve dans le blanc et dans le jaune.

RICHES EN LIPIDES
Ces lipides se trouvent exclusivement dans le jaune ,Ce sont des acides gras saturés. Ils sont également riches en cholestérol ,c'est pourquoi on les supprime en cas d'hypercholestérolémie.

VITAMINES
Essentiellement concentrées dans le jaune. On trouve des vitamines B ,de la vitamine A ,de la vitamine D ,des carotènes ,des lécithines.

MINERAUX ET OLIGO ELEMENTS
Ils contiennent du phosphore ,du fer.
Compte tenu de toutes ces qualités il serait dommage de se priver de leur consommation et ils peuvent parfaitement remplacer un plat de viande.

DIGESTIBILITE
Ils sont très digestes et ne provoquent pas de crises de foie ! (sauf s'ils sont cuits avec trop de matières grasses)

On ne doit pas manger trop d'oeufs = faux
Mise à jour le Dimanche, 28 Octobre 2012 15:17
 
REUSSIR SA SAISON DE SKI Envoyer
Articles et brèves par thème - Sportif Forme
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

 

Depuis plusieurs jours les vacances d’hiver, avec les sports de glisse, la neige et le froid, sont d’actualité. Quelque soit votre niveau sportif, et le niveau de performance que vous souhaitez atteindre, mettez toutes les chances de votre côté en surveillant le contenu de votre assiette. Voici les pistes à emprunter … pour la garantie de vacances réussies!
 
La piste Noire de l’Hydratation: Lors d’un effort physique, les muscles s’échauffent et produisent de l’énergie,source de chaleur. 


 La température corporelle augmente, l’organisme transpire pour évacuer cet excès de chaleur produit. Qui dit “transpiration”, dit “perte d’eau”: elle sera de 2 à 3 litres selon la durée et l’intensité de l’effort et, peut engendrer une déshydratation donc une baisse de la capacité musculaire et une hausse des risques d’accidents. Il est donc fortement conseillé de boire avant, pendant et après tout effort. La boisson idéale et efficace reste l’eau bien sûr, sous forme d’eau “nature” mais aussi de café, de thés, d’infusions, de tisanes et de bouillons de légumes.
 

La piste Rouge du Carburant “longue durée“: Toute activité sportive engendre des dépenses énergétiques accrues par l’organisme. Le carburant utilisé en priorité est le glycogène stocké dans les muscles et le foie. Les réserves de glycogène seront constituées avant et après l’effort; elles seront utilisées progressivement au fur et à mesure des besoins, durant cet effort. Un plein d’énergie correct est donc impératif. Il pourra se faire en mettant dans son assiette, à chaque repas, un aliment riche en glucides complexes: pain, pâtes, riz, pommes de terre, produits céréaliers divers et légumes secs (lentilles, flageolets …).
 
La piste Bleue du Carburant “étincelle”: Pour un bon démarrage, avant de partir sur les pistes, la consommation d’aliments contenant des sucres simples peut jouer le rôle de “starter“. Ces sucres sont facilement et rapidement utilisables par les muscles: ils serviront de Carburant “étincelle” qui permettra de déclencher la libération du Carburant “longue durée”. Ce Carburant “étincelle” peut aussi servir d’entretien pendant la glisse, en cas de “coup de pompe“. Nous le trouverons dans les aliments tels que les boissons sucrées, les fruits secs, les barres de céréales …
 
La piste Verte du maintien en forme: Leurs rôles sont multiples: ils favorisent l’hydratation, ils apportent des glucides, des vitamines, des minéraux, et surtout ils peuvent neutraliser l’acide lactique produit pendant l’effort physique et responsable des crampes et courbatures. De quels aliments s’agit-il? Des fruits et des légumes qui seront consommés au moins 5 fois par jour. “Après l’effort, le réconfort ….” quelques minutes de détente (sauna, bains…), de plaisirs et joies autour d’une table complice et le tour est joué pour devenir une reine, ou un roi, de la glisse …
Mise à jour le Vendredi, 24 Mars 2017 11:32
 
Principe de précaution ... Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Administrateur   

Le site internet www.rappelsproduits.com est organisé suivant le principe de précaution !
Maintenant  le consommateur est informé sur les campagnes de rappel des produits défectueux ou dangereux, tel est le principe du nouveau service par e-mail du site www.rappelsproduits.com. Chaque mois, des entreprises rappellent certains de leurs produits à titre de précaution pour éviter les accidents. Cela concerne de nombreux domaines: électroménager, automobiles, jouets, médicaments, alimentation, etc.


Mise à jour le Vendredi, 27 Novembre 2009 18:10
Lire la suite...
 
Nouveau compléments alimentaires aux plantes... Envoyer
Articles et brèves par thème - Régimes
Écrit par Administrateur   

Une petite rondeur de trop par-ci, un petit kilo de plus par là : on a beau y mettre du sien, il y a des moments où l'on perd un peu le contrôle de son poids.

Un régime? Pourquoi pas. Un aide-minceur? Encore mieux

La réponse des Laboratoires Darégal Santé: _18°CM

 

Ce complément alimentaire surgelé est composé de 4 extraits de plantes pour faciliter jour après jour le contrôle du poids.

• Les extraits naturels de thé vert, de café et des graines de guarana ont un actif en commun : la caféine. Or, la caféine favorise l'augmentation de la dépense énergétique et aide ainsi à brûler les calories. Et ce n'est pas tout Le thé vert contient également des catéchines (dont EGCG ou Epigallocatéchine Gallate) qui boostent elles aussi le métabolisme des calories et l'oxydation des graisses.

Pour la petite histoire...

C'est probablement sous la dynastie impériale Han de la Chine médiévale que le thé a commencé sa « carrière » en tant que boisson. En plus de son goût, on l'appréciait pour ses vertus bienfaisantes : il était réputé pour soulager les fatigues et fortifier la volonté On estime aujourd'hui à 20 billions le nombre de tasses bues par jour à travers la monde. Ce qui en fait certainement la boisson la plus populaire.

> L'efficacité des extraits d'origine naturelle de café et de thé vert a été scientifiquement prouvé sur l'augmentation de la dépense énergétique (+4% en 24 heures )

Des extraits d'origine naturelle de feuille de pissenlit viennent compléter la formule.

Le conseil de Florence Thorez, Diététicienne nutritionniste:

profitez de votre programme -1811 [Minceur] pour adopter une alimentation équilibrée dès le petit déjeuner.

• Un produit laitier (lait, yaourt, fromage, fromage blanc...) source de calcium

• Un produit céréalier (pain mais aussi biscottes ou muesli) source d'énergie
• Un fruit (plutôt qu'un jus de fruit) pour les vitamines et les fibres
• Une boisson chaude pour l'hydratation

Un tel petit déjeuner permet d'éviter le petit creux de 11h, qui donne rarement 'occasion de consommer des aliments intéressants sur le plan nutritionnel..

En vente exclusivement chez PICARD

Publi-rédactionnel

 

 

Mise à jour le Mardi, 26 Janvier 2016 16:36
 
Test d 'intolérance au lactose. Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par James Collier Diététicien   

Définition : Le lactose est un disaccharide, c'est-à-dire un sucre "double" que l'on retrouve dans le lait et ses dérivés.

Son assimilation se réalise dans l'organisme au niveau de l'intestin grêle et est conditionnée par la présence d'une quantité suffisante de lactase intestinale qui est une enzyme digestive.

Présente chez tout le monde durant l'enfance mais sa production de lactase peut  s'arrêter à l'age adulte ; d'ou une intolérance au lactose.

La lactase hydrolyse, c'est-à-dire scinde le lactose en ses deux sucres digestibles constitutifs, le glucose et le galactose, qui sont alors résorbés.

Les personnes qui sont intolérantes au lactose ne produisent pas ou pas suffisamment de lactase (alactasie partielle ou totale). Par conséquence, le lactose passe dans l'intestin sans avoir été digéré et sa présence provoque des troubles gastro-intestinaux

Pour savoir si vous avez une intolérance au lactose faite le test suivant:

Mise à jour le Mercredi, 15 Avril 2009 16:52
Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 Suivant > Fin >>

Page 6 sur 7

 

Copyright © Dietetique.com.fr - Tous droits réservés - Reproduction interdite - Mentions légales

moins de 5€_online_468x60_19

Sur Cinetv retrouvez toutes les bandes annonces vidéos des prochains films à sortir au cinéma

Bandes annonces cinéma HD – CinéTV

| More