Accueil Consultez nos articles Rechercher Qui sommes-nous ? Cuisinez sans sel : recettes et astiuces

DIETETIQUE FACEBOOK

Sachez ce que vous mangez

Calculateur de calories

00Sel

Composition Florale

Qui est en ligne ?

Nous avons 65 invités en ligne

Accord Vins/mets

Habitat Ecologie

Toute la dietetique en un seul clic
Comment bien résister aux virus de l'hiver avec des méthodes naturelles Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   


L'hiver annonce les premières épidémies de grippe, rhume, gastro-entérite... si notre système immunitaire est fort, ces troubles peuvent être traités dès les premiers symptômes et ne pas trop affecter notre organisme. Voici donc quelques conseils préventifs pour aborder l'hiver en toute sérénité.

 

L'alimentation est un atout majeur

 

Hippocrate disait déjà au IIIè siècle avant J.C. "que ton aliment soit ton premier médicament" . Une constatation en effet très sage car une bonne alimentation est nécessaire au bon fonctionnement de notre organisme. Notre corps a besoin de nutriments pour se défendre des virus et bactéries que nous côtoyons tous les jours.

 

Il est d'abord important de consommer des aliments sains, complets ou demi-complets qui apportent au corps les nutriments (protéines, glucides, lipides, vitamines, minéraux, oligoéléments, enzymes) indispensables à son bon fonctionnement.

 

- Essayez de consommer des produits locaux, le potager (c'est l'idéal !), exempts de pesticides. Ne pas les stocker longtemps, préférez acheter de petites quantités pour une consommation rapide, ils conservent ainsi toutes leurs qualités.

 

- Privilégiez des aliments crus ou cuits à l'étouffée, vapeur, papillote...  (à basse température) car la forte chaleur détruit les micronutriments notamment les vitamines C et A, celles, qui justement, jouent un rôle prépondérant dans la lutte contre les infections.

 

Les fruits et légumes doivent être à l'honneur

 

A chaque repas, en jus, crus ou en salade, ils sont une bonne source de vitamines, minéraux, oligoéléments et fibres.

 

Ils doivent représenter les 3/4 de votre assiette. Choisissez en priorité les agrumes, kiwis, kakis, choux, brocolis et persil riches en vitamine C.

 

Mais aussi les aliments riches en vitamine B6 comme les légumineuses (lentilles, pois cassés, haricots... ).


 

Mise à jour le Mardi, 26 Janvier 2016 16:21
Lire la suite...
 
Pourquoi faut-il consommer des fibres ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Les fibres sont des composés contenus dans les aliments végétaux.

Elles ne sont pas, ou très peu, digestibles c'est à dire qu'elles ne pénètrent pas dans les cellules intestinales pour passer ensuite dans le sang; elles restent dans l'intestin et sont éliminées dans les selles. Elles n'en demeurent pas moins très utiles pour notre organisme.
Elles ont, avant tout, un rôle mécanique: elles permettent la progression des aliments et de leurs résidus tout au long du tube digestif. Les contractions péristaltiques de l'intestin sont moins efficaces lorsque l'alimentation est pauvre en fibres: la vitesse du transit est ralentie et peut entrainer une constipation.
Les fibres fixent aussi, à leur surface, différentes substances (cholestérol, sucres simples, protéines, sels minéraux) et, diminuent ou ralentissent ainsi leur absorption par les cellules intestinales.

Les différents types de fibres:
Il existe différentes sortes de fibres végétales:
- la cellulose compose la structure des parois des cellules des végétaux;
- les hémicelluloses se trouvent dans les céréales et produits céréaliers;
Ces 2 types de fibres absorbent jusqu'à 6 fois leur poids en eau:
- la pectine est présente dans les pépins des fruits (pommes, framboises, coings); elle forme un gel au pouvoir absorbant;
- la lignine constitue le tissu de soutien des végétaux; elle est irritante pour la muqueuse intestinale.

Où trouve t-on des fibres?
- les écorces des grains de céréales
- les céréales qui possèdent encore leurs enveloppes, soit les céréales complètes
- les légumes secs: lentilles, haricots …
- les légumes verts: poireaux, salades, épinards, tomates crues …
- les fruits secs: pruneaux, abricots, dattes …
- les fruits frais
- les préparations industrielles à base de céréales, et certains pains.

La consommation actuelle en fibres:
Notre alimentation est appauvrie en fibres: nous consommons beaucoup de produits alimentaires raffinés.
De nombreuses études ont mis en évidence les conséquences sur la santé d'une alimentation pauvre en fibres:
- le transit intestinal est ralenti, les aliments et leurs résidus restent plus longstemps dans l'intestin;
- la constipation est fréquente;
- les maladies du colon sont plus fréquentes;
- l'incidence des cancers du colon est plus élevée;
- l'incidence des maladies cardiovasculaires est, elle aussi, plus élevée.

Quels conseils?
Il faut réintroduire dans notre alimentation:
- les légumes secs, et tous les fruits et légumes frais,
- des produits moins raffinés: riz complet …
- du pain aux céréales, voir du pain au son de temps en temps.
Consommer suffisamment de fibres alimentaires végétales n'évitera pas les maladies du tube digestif, mais contribuera à diminuer la fréquence de ces pathologies.

 

Mise à jour le Lundi, 07 Décembre 2015 10:19
 
LA DIÉTÉTIQUE DE LA LONGÉVITÉ Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Brigitte Dussert   

Les principes à retenir :

 

-Choisissez bien les huiles car les graisses de votre alimentations s'incorporent dans vos cellules. Elles ont donc la plus haute importance pour votre santé en particulier pour votre système nerveux et votre coeur. Cuisinez donc à l'huile de Colza et privilégiez l'huile d'Olive, de Noix et de Lin. Sélectionnez un beurre d'excellente qualité.

 

-Mangez du poisson deux fois par semaine en privilégiant du poisson pêché en mer et non élevé.

 

- Deux ou trois portions de fruit par jour (les fruits sont les meilleurs antioxydants).

 

- Des légumes crus ou cuits à chaque repas (fruits et légumes luttent contre le vieillissement naturel avec leur apport en antioxydants, vitamines et minéraux). Privilégiez la cuisson à la vapeur ou à l'étouffée. Chaque semaine, chou, épinard ou brocolis

 

- Privilégiez de petites quantités de viandes de bonne qualité (boeuf, agneau, poulet, veau, lapin, gibier, foie (riche en vitamine B12)...  ). Les protéines sont bonnes pour le moral et sont rassasiantes.  Par contre, une consommation trop élevée de protéines entraîne une fuite du calcium dans les urines et risque donc d'entraîner une diminution de la densité osseuse. Il faut donc en consommer en quantités raisonnables, les protéines végétales ont un effet moindre sur la fuite de calcium.

 

-Consommez des céréales complètes et peu transformées

 

-N'oubliez pas les légumes secs riches en glucides lents.

 

-Lisez bien les étiquettes et privilégiez les aliments Bio pour les laitages, oeufs...

 

-Consommez des produits laitiers écrémés.

 

-Hydratez-vous suffisamment entre les repas.

 

-Mangez avec modération, la valeur d'un bol au total (c'est la taille de votre estomac)

 

-Buvez si vous le souhaitez un ou deux verres de vin par jour au moment des repas.

 

 

LES PERSONNES ÂGÉES SE NOURRISSENT MAL :

 

-De nombreuses études font apparaître que la population âgée se nourrit mal. De nombreuses fractures de col du fémur révèlent un état de malnutrition. Viande, poisson conviennent  fort bien à un vieillard ainsi que le pain, la panade et un oeuf, des soupes de légumes, pâtes al dente, riz complet, lentilles,  pommes de terre en robe des champs, des fruits, des yaourts  ou morceaux de fromages ainsi que des salades arrosées d'huile de colza ou d'olive, le riz cantonnais est un plat complet qui convient particulièrement bien. Evitez l'obésité mais fuyez les régimes trop restrictifs, tentez d'approcher votre poids de forme. Fuyez la pâtisserie industrielle, mieux vaut manger un ou deux carrés de chocolat noir.

 

 

Mise à jour le Dimanche, 17 Juin 2012 09:51
Lire la suite...
 
Le danger est-il dans l'assiette ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par James Collier Diététicien   

Prion, salmonelles, dioxines, listérias, nitrates, hormones, les dangers nous guettent à tous les coins d'assiettes...


Il n’est bien sûr pas question de négliger ces crises alimentaires, mais il faut leur redonner leur juste importance, et on risque moins un décès prématuré suite aux toxines ingérées que par excès de table et alimentation déséquilibrée, par excès d’alcool et de tabac, en prenant le volant ou en respirant tout simplement l'air ambiant.

Le risque fait partie intégrante de notre vie, il est la contre partie incontournable de tous les progrès et s'il faut évidemment essayer de les réduire au maximun, on ne peut que reconnaître qu’il est moins dangereux de vivre à notre époque qu'à n'importe quelle autre et l'augmentation régulière de notre espérance de vie en est la meilleure preuve.


Quels sont les dangers de la dioxine ?


La dioxine est une substance que l’on rencontre régulièrement dans notre milieu ambiant.

Ce produit est reconnu comme étant cancérogène mais seulement à partir d’une très forte dose pendant une longue période d’exposition.

Dans ces conditions, une cuisse de poulet contaminé de temps en temps ne peut provoquer l’apparition d’un cancer et peu de personnes ont l’habitude d’ingurgiter plusieurs poulets par jour pendant des années !


D’autre part les poulets belges n’ont pas l’exclusivité de la concentration en dioxine.

On retrouve cette dernière dans l’air que nous respirons, dans nos grillades cuites au barbecue, dans certains légumes qui peuvent peut être fixer la dioxine de l’air.

Soit ces faibles doses stockées au fil du temps sont inoffensives, soit elles risquent d’augmenter effectivement les risques d’apparition de cancers et dans ce cas les poulets belges n’ont été qu’un petit maillon de ce stockage involontaire.

Bien entendu, cela ne veut pas dire que l’on peut s’octroyer le droit de nourrir les poulets avec n’importe quoi mais dans ce cas précis le problème est certainement plus dans l’absence de moralité des éleveurs que dans les réels dangers de la contamination.

 


Avons nous tiré une leçon de toutes ces crises ?

L’alimentation industrielle paraît aujourd’hui incontournable, d’une part pour faire face aux besoins d’une population accrue, d’autre part pour proposer des produits à bas prix, abordables pour tous.

Le choix pourrait évidemment être de consommer moins et mieux.

Il vaut peut-être mieux ne pas manger du bœuf tous les jours et ne manger que du bœuf de bonne qualité et donc plus cher.

Le poulet fermier garanti sans dioxine et ne s’alimentant que de produits naturel coûte nettement plus cher que le poulet industriel.

Il en va de même pour les produits issus de l’agriculture biologique.

Alors la réponse à nos angoisses est peut être dans le changement de nos habitudes : Préférer la qualité à la quantité, acheter moins de produits industrialisés qui augmentent considérablement le coût de notre alimentation et préférer des aliments basiques, sains, de bonne qualité, à préparer soit même.

Les producteurs compenseront alors par un prix de vente plus élevé la perte en quantité.

Mais sommes nous prêts à consacrer plus de temps à la préparation de nos repas et la vie moderne nous en laisse t-elle la possibilité? Soyons positifs et affirmons que lorsque l’on veut, on peut ! Ces crises alimentaires ont au moins l’avantage de nous faire réfléchir sur ces sujets et de nous inciter à choisir d’autres directions.;;

Mise à jour le Mercredi, 25 Juin 2014 17:07
 
Manger des fruits et des légumes à chaque repas Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

L’évidence est là : tous les scientifiques sont aujourd’hui d’accord pour reconnaître le rôle fondamental des fruits et des légumes dans la protection des maladies cardiovasculaires, de l’obésité, du diabète et de certains cancers.

Ces nombreux effets bénéfiques sur la santé humaine sont dus à leur composition en molécules (phytonutriments)très diverses comme les vitamines C et D, les caroténoïdes, les flavonoïdes, les phénols, les stérols, les fibres et autres oligo-éléments … Les mécanismes d’action, complexes comme le pouvoir d’anti-oxydant, ont été élucidés.
Chacun des fruits ou légumes ne contient pas la totalité des substances efficaces : les végétaux sont complémentaires entre eux, et c’est dans la diversité que s’exercent leurs actions bénéfiques.


Des constats :

Une étude sur 20 ans a permis d’évaluer, entre autre, une réduction de 27% de la mortalité cardiovasculaire entre 2 groupes de sujets : l’un constitué de personnes très peu consommatrices de fruits et légumes, et l’autre constitué de personnes consommant quotidiennement, à peine, 300 gr de fruits et légumes en plus que dans le 1er groupe !

Les fruits et légumes, par leur faible index glycémique, déclenchent une faible sécrétion d’insuline : un stockage des graisses est évité et la glycémie reste normale.

Plusieurs études ont mis en évidence que les sujets dont les apports en fruits et légumes sont les plus faibles ont un risque de cancer de 1,5 à 2 fois plus élevé que les sujets ayant les consommations les plus fortes.

Le risque de développer un cancer ou une maladie cardiovasculaire est multiplié par 2, voir 6, chez les personnes dont les apports ou les taux sériques de bêta-carotène, vitamine C, et
vitamine E sont les plus faibles.


Les recommandations :

Mise à jour le Mercredi, 26 Février 2014 15:44
Lire la suite...
 
Bonbon diététique Envoyer
Articles et brèves par thème - Menus diététique
Écrit par Administrateur   
Si vos enfants ou vos petits-enfants réclament des bonbons, essayez ce substitut plus diététique. Les enfants plus âgés peuvent participer à la préparation ou les confectionner entièrement par eux-mêmes.
Mélangez une cuillerée à soupe de miel et une cuillerée à soupe de raisins secs dans une tasse de beurre de cacahuètes. Mélangez bien, puis déposez de petites cuillerées (l'équivalent d'1/2 cuillerée à café environ) dans un bol de sucre en poudre. Roulez chaque boule de ce mélange de beurre de cacahuète dans le sucre pour former un bonbon de la taille d'une bouchée. Servez-les accompagnés d'un verre de lait pour un goûter encore plus nutritif.
Mise à jour le Dimanche, 27 Octobre 2013 17:17
 
La réglementation des produits bio Envoyer
Articles et brèves par thème - Bio - Naturopathie
Écrit par LIVERNAIS LAURENCE   


L'étiquetage d'un produit biologique est strictement réglementé. Cette réglementation répartit les produits biologiques en trois groupes. Bio à 95 % et plus: C'est le "top" de la bio.

Il s'agit de tous les produits transformés dont la teneur en ingrédients d'origine biologique est supérieur à 95 %. Sur l'emballage de ces produits est mentionné "issu de l'agriculture biologique" et le logo AB peut être ajouté si le producteur le désire. S'il s'agit d'un produit composé d'un seul ingrédient issu de l'agriculture biologique, ce produit est 100 % Bio.
Les 5 % autorisés, mais non systématiques, sont une marge pour les ingrédients qui manquent à la production biologique. Cette liste d'aliments diminue d'année en année. L'étiquetage Les mentions obligatoires

Les mentions facultatives "Agriculture biologique" ou "Produit de l'agriculture biologique" ou "X % des ingrédients d'origine agricole ont été obtenus selon les règles de la production biologique" Nom de l'organisme certificateur (ex: ECOCERT) ( FR AB01 est le numéro d'agrément d'ECOCERT ). "Système de contrôle CEE" Logo AB Bio à 70 % et plus: Cette catégorie regroupe les produits qui contiennent entre 70 et 94 % d'ingrédients d'origine biologique. Le label AB ne peut pas être attribué à ces produits. Il doit être mentionné sur l'emballage "X % d'ingrédients d'origine agricole ont été obtenus selon les règles de la production biologique".

L'étiquetage "X % des ingredients d'origine agricole ont été obtenus selon les regles de la production biologique" Nom de l'organisme certificateur Liste des ingrédients dans l'ordre décroissant avec référence au mode de production biologique Moins de 70 %: Un produit qui contient moins de 70 % d'ingrédients issus de l'agriculture biologique n'est pas un produit biologique et n'a droit à AUCUNE référence.

Bio en conversion: Si le produit provient de parcelles en conversion depuis au moins 12 mois avant la récolte, la mention "conversion vers l'agriculture biologique" est permise une fois celui-ci contrôlé. Les produits de conversion ne peuvent être utilisés comme ingrédients dans les produits transformés contenant plusieurs ingrédients issus du mode de production biologique.

Droit de réponse de Dominique Schwendimann Responsable Qualité/Environnement Bonjour, Je visite votre site et constate des erreurs concernant notre organisme certificateur dans la rubrique "bio / Les organismes de certification et de contrôle agréés en France'. Il ne s'agit pas de ECOVERT mais bien de ECOCERT.

Notre numéro d'agrément apparaît à coté du nom QualiteFrance. C'est une erreur importante car le numéro d'agrément ministériel est propre à chaque organisme certificateur ( FR AB01 est le numéro d'agrément d'ECOCERT ! ).

De plus vous ne pouvez écrire "Ils contrôlent l'application des différents cahiers des charges chez tous les acteurs de la filière arborant le logo AB. " en parlant des organismes certificateurs. Ces termes sont restrictifs sachant que tous les produits certifiés en agriculture biologique en France ne portent pas nécessairement le logo AB.

La mention obligatoire sur les produits issus de l'AB sont "Certifié par NOM ORGANISME CERTIFICATEUR". Le logo AB est la propriété du ministère de l'agriculture et de la pêche mais n'est pas obligatoire sur les produits issus de l'agriculture biologique. Nous vous demandons de bien vouloir modifier ces informations.

Mise à jour le Lundi, 29 Août 2011 06:38
 
Le poisson, il faut en manger ! Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Nathalie Debernardi Pharmacien   

L'intérêt nutritionnel et diététique de la chair de poisson repose sur son exceptionnelle richesse en acides gras longs polyinsaturés n-3, sa forte teneur en protéines dont le profil en acides aminés est équilibré, la diversité des vitamines et surtout des oligo-éléments qu'elle apporte. Alors que la teneur en protéines et la composition en acides aminés sont d'une constance remarquable, la concentration des autres constituants de la chair varie fortement d'une espèce à l'autre.
Outre les facteurs physiologiques liés à l'animal, l'alimentation a une influence prépondérante aussi bien sur le contenu en vitamines que sur la teneur en lipides et la nature des acides gras de la chair. Les teneurs en minéraux et oligo-éléments varient en fonction de la qualité de l'eau et de l'apport alimentaire puisque le poisson les puise à la fois dans son alimentation et dans son milieu de vie. Il est conseillé de diversifier les espèces consommées pour bénéficier des atouts nutritionnels de chacune d'entre elles.

Ce qu'il faut retenir :
Richesse exceptionnelle en acides gras longs polyinsaturés de la série n-3, protéines très digestes et grande variété de minéraux, d'oligo-éléments et de vitamines sont des constantes caractéristiques de la chair de poisson qui en font un produit unique dans le monde animal. Cependant, au-delà de ces caractéristiques, les différentes espèces présentent des particularités en terme de composition. La diversité des espèces et de leur origine permet d'offrir au consommateur une large gamme de produits ayant des teneurs en lipides très différentes (de 1 à plus de 15 %) et apportant des quantités variables d'oligo-éléments et de vitamines. Au conseil de « manger du poisson », il est bon d'adjoindre celui de « diversifier les espèces consommées » afin de bénéficier des atouts de chacune d'entre elles.


En raison de la limitation des ressources naturelles marines, de plus en plus de poissons proposés sur le marché sont issus de l'aquaculture et cette tendance devrait s'accentuer au cours des prochaines années du fait de l'accroissement de la demande. La possibilité de moduler la composition de la chair des poissons, en particulier la teneur en lipides, en minéraux et vitamines, par l'alimentation, est un atout majeur de l'aquaculture. Les recherches actuellement engagées sur les poissons d'élevage ont pour objectif de mieux comprendre les mécanismes qui contrôlent la constitution de la chair. Maîtrise des pratiques d'élevage alliée à la sélection génétique devraient permettre de produire des poissons plus ou moins riches en lipides mais à teneur garantie en acides gras longs polyinsaturés de la série n-3 et en vitamines.

Toutefois, il est important de ne pas oublier que les modes de conservation et de préparation des poissons peuvent modifier considérablement l'apport nutritionnel. Il est évident que la consommation de produits conservés dans l'huile augmente l'apport lipidique comme celle de produits conservés par salage accroît l'apport de sodium. De même, certains modes de cuisson favorisent la dégradation des acides gras polyinsaturés et des vitamines hydrosolubles.

 

Mise à jour le Lundi, 06 Juillet 2015 16:26
 
Maigrir en mieux répartissant ses repas ? Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Prendre des repas moins chargés, plus nombreux, plus lentement dans une ambiance détendue et selon le rythme de notre cycle circadien, est un moyen efficace de mieux assimiler les aliments … et donc de ne pas grossir …

Le bon fonctionnement de notre corps dépend d’une part de ses “ fournisseurs ” d’énergie (aliments, air et eau) et, d’autre part de son horloge biologique, appelée Cycle Circadien. 
Ce cycle rythme les temps d’activité, de repos, … mais aussi l’heure des repas.
Il existe 2 périodes de bonne efficacité de l’énergie disponible : entre 7 et 13 heures puis entre 17 et 21 heures.


1. Horloge interne et repas :

Toutes nos activités métaboliques, physiologiques et psychologiques sont donc rythmées par les heures de la journée, par les mois, et les saisons : la température corporelle, les secrétions hormonales et digestives, les performances intellectuelles et musculaires fluctuent sur 24 heures avec un pic et un creux répartis selon les besoins de l’organisme.
Par exemple, la secrétion de cortisol (hormone secrétée par les glandes surrénales) est maximale vers 6 heures du matin : elle met en route, en éveil, les différentes fonctions de l’organisme notamment celles activant le système digestif et favorisant une bonne assimilation des aliments.

Mise à jour le Samedi, 25 Août 2012 17:03
Lire la suite...
 
LES SUITES DU SCANDALE DES GRAINES GERMÉES Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

Les récents empoisonnements liés à la consommation de graines germées qui ont entraîné la mort de 46 personnes a contribué à jeter l'opprobre sur les graines germées.

Ces toxi-infections détectée en majorité en Allemagne ont conduit les autorités sanitaires à recommander de ne consommer les graines germées qu'après cuisson. Les amateurs les préfèrent crus ou très légèrement cuites encore croquantes.

Le risque de contamination se situe durant la germination qui s'effectue dans une atmosphère humide et chaude, ce qui peut favoriser le développement de la bactérie Escherichia Coli. Seule la cuisson à 70° élimine les dangers.

 

Les graines germées ont la réputation d'être hyper concentrées en vitamines. Cela s'avère exact au cours de la germination mais ensuite après manutention et cuisson, la teneur en vitamines est quasiment égale aux autres légumes et fruits frais. Optez donc pour une cuisson plus délicate au wok ou à la vapeur.

 

Les graines germées sont riches en fibres, en enzymes et en vitamines ce qui en fait un légume d'appoint intéressant surtout durant l'hiver mais cette germination doit être effectuée dans le respect des règles d'hygiène, avec des apports d'eau de pluie, des fumiers non souillés, des mains lavées...

 

Depuis ces drames, on voit moins de diversité de graines germées à l'étal, prudence des consommateurs ? sans doute. Pourquoi ne pas les faire germer à la maison en vous documentant et en respectant des règles d'hygiène, vous re découvrirez le plaisir des graines germées et agrémenterez vos salades composées des délicieuses graines germées si fraîches et juteuses sous la dent...

 

LES GRAINES GERMÉES  : QUATRE SORTES

 

LES GRAINES OLÉAGINEUSES (SÉSAME, TOURNESOL, AMANDE)

LÉGUMES (POIREAU, FENOUIL, RADIS)

CÉRÉALES (BLÉ,AVOINE, SARRASIN)

LÉGUMINEUSES ( GERMES DE SOJA, LENTILLES, ALFALFA)

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 
LES EXERCICES DE GAINAGE DU CORPS POUR PARAÎTRE PLUS MINCE Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

Pour paraître plus mince, pensez à muscler les endroits "stratégiques" . Grâce à ce gainage vous paraîtrez plus svelte dans vos vêtements.

 

 

EXERCICES DE GAINAGE DU CORPS À PRATIQUER AU BUREAU

 

La position de départ, le dos droit, les pieds bien à plat sur le sol, les genoux décollés de l'assise, les mains posées sur le bureau. Faites travailler vos abdominaux. Vous regardez un point face à vous.

 

Pour muscler les abdos, contractez le ventre 5 fois pendant 5 secondes en repoussant votre nombril vers la colonne vertébrale. Relâchez 2 secondes. Recommencez 20 séries en relâchant 20 secondes entre chaque. Faites cet exercice de préférence avant le repas.

 

Pour les fesses, contractez 5 fois vos muscles fessiers pendant 10 secondes, relâchez et reprenez. Faites 20 séries en posant 20 secondes entre les séries.

 

Pour des cuisses lissées, tendez une jambe sous le bureau, le pied flex, contractez les abdos. Maintenez la position 30 secondes. Changez de jambe. Faites plusieurs séries

 

Pour travailler les fesses et les cuisses, au moment de votre pause, placez-vous derrière votre chaise. Le dos droit et le ventre serré, accroupissez-vous en ouvrant les genoux vers l'extérieur. Faites plusieurs séries de 10 mouvements.

 

Pour affiner l'intérieur des cuisses, placez les mains de chaque côté de la chaise et soulevez légèrement les pieds. Ouvrez et fermez les jambes 20 fois. Recommencez l'exercice avec 10 secondes de pause entre chaque.

 

Pour affiner l'intérieur des cuisses, placez les mains de chaque côté de la chaise et soulevez légèrement les pieds. Ouvrez et fermez les jambes 20 fois. Effectuez plusieurs séries.

 

Pour des mollets galbés, placez-vous debout et mettez-vous sur la pointe des pieds 20 fois. Faites 5 séries avec 20 secondes de pause entre chaque. Vos cuisses et fessiers sont aussi sollicités pendant cet exercice. C'est parfait pour "faire fondre" la cellulite. Pensez à rester bien droite et à serrer les abdos.

 

Pour doper la circulation sanguine et lymphatique, tendez une jambe devant vous et faites tourner votre cheville dans un sens puis dans l'autre. Changez de jambe. L'effet minceur provient du drainage ainsi effectué.

 

Pour affiner la taille, faites des torsions du buste sur votre chaise. La position de départ doit être bien droite, le regard porté au loin, le ventre rentré. Tournez les épaules uniquement, sans bouger les hanches. Regardez au dessus de votre épaule en sentant bien la torsion au niveau de la taille. Expirez pour augmenter la torsion. Revenez à la position initiale et tournez-vous de l'autre côté. Recommencez 10 fois de chaque côté.

 

Pour affermir la poitrine et fortifier les triceps, joignez les mains au niveau de la poitrine, les coudes alignés. Pressez le plus fort possible pendant 10 secondes. Relâchez 5 secondes puis recommencez. Soulevez le fessier de votre chaise en tendant vos bras de chaque côté de l'assise. Pour les plus courageuses faites quelques pompes en soufflant en descendant.

 

Pour dégager les épaules, croisez les mains derrière la nuque et tirez les coudes vers l'arrière. A effectuer plusieurs fois

 

Relâchez toutes les tensions, assise, étirez vos bras vers le haut et relâchez en laissant tomber brusquement les bras vers le sol et en expirant. Secouer le bouts de doigts, les cuisses et les jambes, enroulez la tête.

 

 
Ces puissantes protéines indispensables Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   


Les Protéines sont des nutriments essentiels à la vie: elles constituent la charpente de notre corps. Leurs molécules ressemblent à une longue chaine dont les maillons sont formés d’éléments simples appelés Acides Aminés. Ceux-ci sont constitutés d’atomes de carbone, d’hydrogène, d’oxygène et d’azote qui est un élément essentiel de la synthèse protéïque dans le corps humain.

FONCTIONS:

Les Protéines sont les nutriments “batisseurs“ de notre corps. Nous les retrouvons dans la composition de chacune de nos cellules: muscles, os, globules, cheveux, ongles,…
Le corps humain utilise ces Protéines pour:
- “construire” de nouvelles cellules,
- entretenir et réparer les différents tissus,
- synthétiser des hormones, des enzymes et tous les agents responsables de nos défenses immunitaires.
L’ADN est une nucléoprotéine, véritable carte d’identité de chaque personne,
L’envoi de messages par nos cellules nerveuses nous permet de penser, entendre, bouger…: ces messages peuvent être transmis grâce aux neurotransmetteurs, constitués de Protéines.

 


COMPOSITION des PROTEINES:

Pour synthétiser les Protéines dont notre corps a besoin, 20 Acides Aminés sont nécessaires. 9 d’entre eux sont dits essentiels ou indispensables: notre organisme ne peut pas les synthétiser, son seul moyen de se les procurer est l’alimentation.
Pour les autres, il peut les fabriquer à partir des Glucides, des Lipides et autres Acides Aminés disponibles dans notre corps.


DIGESTION des PROTEINES:

Pour etre absorbées par nos cellules, les Protéines apportées par nos aliments doivent être sous leur forme simple, d’une chaine courte ou d’Acides Aminés. Les enzymes digestives vont briser les maillons de la chaine protéique et libérer des éléments simples. D’autres enzymes sont responsables du réamenagement de ces éléments en vue de la synthèse de nouvelles Protéines adaptées et nécessaires au corps humain.

Par exemple, l’association d’Acides Aminés avec:
- des Lipides forme les Lipoprotéines, molécules transportant le cholestérol,
- des Glucides forme les Glycoprotéines composantes du tissus musculaire.


SOURCES et QUALITES des PROTEINES:

Les animaux ont un organisme similaire au corps humain: les combinaisons d’Acides Aminés de leurs tissus ressemblent aux notres. Aussi les scientifiques ont appelé les Protéines d’origine Animale, Protéines de Haute Qualité. Leurs sources sont: les viandes, les poissons, les oeufs et les produits laitiers.

Les Protéines d’origine Végétale apportées par les céréales, les graines et les légumes secs, sont souvent déficientes en, au moins un Acide Aminé Essentiel: notre organisme les absorbe plus difficilement et moins efficacement que les Protéines Animales. Les scientifiques les appellent Protéines de Basse Qualite.
Une exception: le soja contient les 9 Acides Amines Essentiels; il constitue une excellente source de Protéines pour les Végétariens.

Mise à jour le Samedi, 15 Décembre 2012 18:42
Lire la suite...
 
Cake aux olives Envoyer
Articles et brèves par thème - Menus diététique
Écrit par James Collier Diététicien   

Pour 7 personnes 300Kcal/personne Image Active

250g de farine
1 sachet de levure chimique
4 oeufs
10 cl d'huile de maïs
1 yaourt
10 cl de vin blanc
10 cl de noilly ou de vermouth
200g de jambon de bayonne
150g d'olives dénoyautées
50g de gruyère râpé

Allumez le four à 180°C.
Versez la farine et la levure. Rajoutez les oeufs et mélangez.
Ajoutez l'huile et le yaourt, puis le vin blanc et battre au fouet.
Poivrez largement et ajoutez le noilly, continuez à battre. Ajoutez le jambon découpé ne petits cubes.
Ajoutez les olives et le gruyère râpé et mélangez à la cuillère.
Versez dans un moule à cake beurré. Cuire 30 min.

 

Parfait avec un Muscat d'Alsace, notamment !

Mise à jour le Mardi, 08 Mars 2011 08:01
 
Il faut manger aux bonnes heures pour bien maigrir Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Prendre des repas moins chargés, plus nombreux, plus lentement dans une ambiance détendue et selon le rythme de notre cycle circadien, est un moyen efficace de mieux assimiler les aliments … et donc de ne pas grossir. Le bon fonctionnement de notre corps dépend d’une part de ses “ fournisseurs ” d’énergie (aliments, air et eau) et, d’autre part de son horloge biologique, appelée Cycle Circadien. Ce cycle rythme les temps d’activité, de repos, … mais aussi l’heure des repas. Il existe 2 périodes de bonne efficacité de l’énergie disponible : entre 7 et 13 heures puis entre 17 et 21 heures.

- Notre horloge interne
Toutes nos activités métaboliques, physiologiques et psychologiques sont donc rythmées par les heures de la journée, par les mois, et les saisons : la température corporelle, les secrétions hormonales et digestives, les performances intellectuelles et musculaires fluctuent sur 24 heures avec un pic et un creux répartis selon les besoins de l’organisme.
Par exemple, la secrétion de cortisol (hormone secrétée par les glandes surrénales) est maximale vers 6 heures du matin : elle met en route, en éveil, les différentes fonctions de l’organisme notamment celles activant le système digestif et favorisant une bonne assimilation des aliments.

Chez la majorité des familles françaises, 
le petit-déjeuner se prend à 7h : il correspond au début de la 1ère période de disponibilité de l’énergie favorable à l’activité,
le déjeuner se prend à 12h30 : il correspond au moment de besoins de recharge de l’organisme après la 1ère longue période d’activité,
le dîner se prend à 19h30 : il permet de corriger les erreurs possibles de la journée et doit favoriser le sommeil..

Les coups de pompe s’expliquent :
entre 11 et 12 heures : par un petit-déjeuner insuffisant pour la 1ère période maximale d’activité,
entre 13 et 15 heures : c’est la phase “ calme ” de la digestion,
entre 15 et 17 heures : c’est la période creuse qui précède la nouvelle vague d’activité de 17 et 21 heures.
A partir de 21 heures la période de récupération, non favorable à l’activité, commence et se termine vers 5 heures du matin.



- Le bien-fondé du petit-déjeuner

Après 10 à 12 heures de jeûne, la prise alimentaire du petit-déjeuner régule l’équilibre faim/satiété de la journée : la sensation de faim à midi et le soir est moindre et les ingestas sont adaptés aux réels besoins de l’organisme. Mieux répartis sur la journée et, en accord avec l’horloge interne, les apports énergétiques facilitent la perte de poids (ou le maintien au poids idéal.

 

Mise à jour le Mardi, 26 Novembre 2013 18:20
Lire la suite...
 
LES COMPLÉMENTAIRES, PILULES MIRACLES ? Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

Il est à l'étude de les prescrire sur ordonnance dans le futur, vous les trouvez en vente libre mais attention à ne pas dépasser les doses et à faire les bonnes associations.


Béta-carotène : utile pour préparer la peau au soleil vous pouvez le trouver dans les épinards.

Chrome : préconisé comme aide-minceur vous le trouvez dans la levure de bière.

Coenzyme Q10 : anti-âge ??? peu convaincant...

Cranberry : prévention des cystites 1/2 l de jus au quotidien.

Créatine : amélioration des performances physiques, viande et poisson à tous les repas.

Curcumine : anti-inflammatoire  saupoudrez vos aliments de cette épice à garder à l'abri de la lumière.

Lycopène : stimule l'immunité.

Resvératrol : anti-âge, cardio-protecteur vin rouge.

Sélénium : anti-âge, immunité  vous en trouvez dans le thon, champignon, noix du Brésil.

Taurine : détoxifiant, faites une cure d'huîtres et de viande.

Vitamine D :amélioration de la calcification osseuse, exposez vous au soleil en dehors des heures trop chaudes et mangez du hareng.

Vitamine E : anti-âge, immunité régalez-vous sans complexe d'amandes, noisette, huile de germe de blé.

Mise à jour le Dimanche, 11 Mars 2012 18:59
 
LE RÉGIME IDÉAL AU RETOUR DES VACANCES Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Brigitte Dussert   

Les apéros entre copains, les restos, les barbecues au bord de la plage...  laissent sur nos hanches et notre ventre des bourrelets inesthétiques que l'on voudrait gommer rapidement pour « rentrer » à nouveau dans son jean préféré. Donc c'est le moment de reprendre la situation en main pour retrouver  votre  silhouette !

 

Pas question de tomber dans le piège de vouloir maigrir à toute vitesse. Ce sont souvent des régimes déséquilibrés qui vous rendent affamées, fatiguées et frustrées. L'aiguille de la balance peut donc descendre très vite mais remonter tout aussi rapidement au moindre écart, le corps a une « mémoire » et stockera d'autant plus après...

 

MES CONSEILS :

 

-faire l'inventaire de son réfrigérateur et placard de cuisine et éliminer de suite la pâte à tartiner, les biscuits, sucreries, la charcuterie, les crèmes desserts, les sodas, les fromages coulants.....

 

-faire une liste de courses de base : fromage blanc 0%, muesli pauvres en sucres, riz  basmati ou complet, légumes frais, fruits frais dont citron, orange, pamplemousse, miel, crème allégée, poisson, crustacés, viande blanches, quelques amandes,  un petit pain (campagne ou complet ... ) achetez de petites quantités de chaque aliment vous serez ainsi moins tentée de manger de trop grosses portions.

 

-privilégiez les aliments de qualité, sains.

 

-gardez à l'esprit que vous allez fournir à votre corps la meilleure énergie possible puisque c'est pourquoi nous mangeons. C'est important de s'en persuader en se répétant souvent cela, en se remémorant pourquoi nous mangeons et en retraçant mentalement le chemin que les aliments suivent dans notre corps, le sang dans les veines, le travail du foie, de l'estomac.... le mental est primordial dans cette démarche.

 

-dites-vous bien que l'on ne peut pas tout le temps se faire plaisir si on veut perdre du poids !! il n'y a pas de régime miracle qui permette de maigrir en mangeant de la mousse au chocolat... cela aussi il faut s'en persuader...

 

-réapprenez à avoir faim, à attendre que l'estomac tiraille un peu. Mangez de petites quantités, la valeur d'un bol maximum, c'est peu !!  vous serez étonnée au début mais tenez-vous à cette mesure.

 

-associez différents aliments pour rendre votre repas coloré, différentes textures, du mou, du croquant, soyez en recherche de trouver des astuces pour améliorer le goût, votre motivation sera ainsi positive. Associez un peu de riz ou pommes de terre ou patates douces... (un féculent)  à un peu de poisson ou viande blanche (protéines) à des légumes verts frais ou cuits. Réservez le fruit pour les collations.

 

Ayez la main légère dans les assaisonnements, ajouter un peu d'eau à votre huile d'olive ou mettez-en moi, laissez-vous le choix de décider, de mener vous-même votre propre expérimentation sans suivre la liste d' un livre. Faites-vous confiance.

 

-lorsque vous faites vos courses, choisissez légumes et fruits en fonction de vos préférences, un peu de viande rouge, du poisson mais en petites quantités, demander 100 grammes et non un morceau.

 

-en cas d'envie irrésistible préférez quelques amandes, une pomme cuite avec un peu de miel plutôt que plusieurs carrés de chocolat.

 

-dégustez lentement pour bien imprégner vos papilles de toutes les saveurs et vous en régaler.

 

 

Mise à jour le Dimanche, 09 Septembre 2012 06:57
Lire la suite...
 
Les promesses non tenues des régimes à la mode. Envoyer
Articles et brèves par thème - Régimes
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Chaque semaine, fleurissent, dans les pages des magazines féminins, de nouveaux régimes amaigrissants.Nous savons tous très bien que la réponse à notre problème de surpoids ne réside pas dans « les quartiers de pamplemousse» ou « le lait de yack fermenté » : nous espérons toujours cependant y trouver une solution miracle, et nous nous partons dans l'aventure.
Pourquoi?

Image Active


La réponse est simple: essayer de perdre du poids et continuer à garder la ligne une fois notre poids "ideal" atteint, est une difficultés des programmes de santé. Il est facile pour le médecin de famille de dire « Perdez 30 kilos, puis revenez me voir », et vous offiir pour tout soutien une feuille de régime. Mais, pour y arriver, c'est une autre histoire...


Si c'était si facile, il est évident que depuis longtemps nous ne considérerions plus la surcharge pondérale et les maladies qui en découlent comme la première épidémie de ce monde moderne. Or, la proportion de personnes présentant un excès de poids ne cesse d'augmenter. Chose encore plus inquiétante, l'âge auquel survient ce problème continue de baisser. Notre siècle sera le premier au cours duquel l'espérance de vie des enfants apparaisse comme inférieure à celle de leurs parents!


Ne vous moquez pas des personnes trop fortes. Ne les dénigrez pas en associant cet excès de poids à de la paresse ou à de la gloutonnerie, soyez compatissant et essayez de les aider. Avant tout, admettez qu'il est extrêmement difficile de perdre du poids et que les personnes éprouvant le besoin d'essayer d'y arriver se raccrochent à ces pilules magiques ou ces poudres de perlimpinpin qui promettent de faciliter la tâche. Les docteurs-miracles et les charlatans qui essayent de vendre leurs articles anti-poids devraient être mis devant leurs responsabilités.


Des actions de mise en place de réglementations et de codes de communication sont déployées à travers l'Europe pour empêcher les consommateurs vulnérables de tomber dans le piège des régimes frauduleux. Néanmoins, ces actions sont ralenties par l'offre toujours plus importante de vente par correspondance, difficile à stopper et provenant généralement de pays hors Communauté Européenne. Les consommateurs crédules, désireux de trouver à tout prix la solution miracle, constituent la cible idéale pour ce type d'escroquerie. Malheureusement, ils perdront davantage d'argent que de poids...

 

Mise à jour le Vendredi, 22 Mars 2013 16:31
Lire la suite...
 
Il faut manger plus de fibres ! Envoyer
Articles et brèves par thème - Vrai / Faux
Écrit par James Collier Diététicien   

Où les trouve t-on ?

On trouve les fibres dans les parois des cellules végétales. Ce sont la cellulose ,l'hémicellulose ,que l'on trouve dans les légumes et le son ,les pectines que l'on trouve dans les fruits ,la lignine que l'on trouve essentiellement dans les peaux des végétaux et qui est donc éliminée a l'épluchage.

Quel est leur rôle ?
Les fibres ne sont pas digérées et donc elles ne sont pas assimilées.

- Elles ont la capacité d'absorber l'eau et augmentent ainsi le volume des selles .Grâce à cette propriété ,elles agissent sur la régulation du transit intestinal. Beaucoup de problèmes de constipation peuvent être résolus en augmentant la quantité de fibres et d'eau dans l'alimentation quotidienne.

- Elles jouent un rôle de coupe faim naturel grâce au volume qu'elles occupent dans l'estomac. D'autre part elles nécessitent une longue mastication et permettent souvent de moins manger.

- Elles permettent aux glucides et lipides d'être absorbés moins rapidement et d'éviter l'augmentation brusque de la glycémie suivie d'une forte sécrétion d'insuline et d'une fringale. Elles régulent de cette façon la sensation de faim.

- Elles évitent le séjour dans le tube digestif de certaines substances toxiques qui pourraient devenir cancérigènes si elles restaient longtemps dans l'intestin .C'est pourquoi les régimes riches en fibres sont préconisés dans la prévention de certains cancers.

- Enfin, elles régulent l'absorption du cholestérol.

Leurs inconvénients
Elles limitent aussi l'absorption de certains minéraux :calcium, fer ,magnésium ,phosphore et peut être de certaines vitamines. Elles peuvent entraîner des désordres digestifs et irriter les intestins fragiles.

Comme tous les autres éléments ,les fibres doivent être consommées en quantité suffisante tout en restant raisonnable pour profiter de leurs avantages sans craindre leurs inconvénients. Si on a perdu l'habitude de consommer des fibres, il est souhaitable de réhabituer progressivement le système digestif.

Nous devrions manger plus de fibres = Vrai

Mise à jour le Dimanche, 11 Mars 2012 19:00
 
Régulation physiologique du comportement alimentaire Envoyer
Articles et brèves par thème - Formation
Écrit par James Collier Diététicien   

Le comportement alimentaire désigne l'ensemble des conduites d'un individu vis-à-vis de la consommation d'aliments. La principale fonction physiologique de ce comportement est d'assurer l'apport des substrats énergétiques et des composés biochimiques nécessaires à l'ensemble des cellules de l'organisme.
Il s'agit d'un comportement finement régulé. Sa régulation entre dans le cadre plus général de la régulation de l'homéostasie énergétique qui vise à assurer une situation d'équilibre énergétique et permet de maintenir constant un niveau donné de masse grasse. Il existe également une régulation qualitative du choix des nutriments, démontrée par des expériences provoquant une carence protéique ou ionique qui montrent que l'animal carencé oriente son choix vers les aliments qui compensent cette carence. Toutefois cette dernière régulation n'a pas été démontrée chez l'homme et les voies régulatrices sont peu connues.

Comme tous les comportements, le comportement alimentaire est contrôlé par le système nerveux central (SNC). Il est actuellement admis que les principaux centres de contrôle du comportement alimentaire se trouvent au niveau de l'hypothalamus. Les notions classiques opposant un centre de la faim et un centre de la satiété ont été compliquées par la découverte progressive d'un grand nombre de neuromédiateurs, de récepteurs et de populations neuronales. Ces circuits neuronaux reçoivent par voie nerveuse et hormonale, des informations sur le statut énergétique de l'organisme permettant d'adapter avec une très grande précision les apports aux besoins. Cette régulation physiologique est modulée par des facteurs psychologiques, sociaux et environnementaux qui peuvent la perturber, expliquant la fréquence de l'obésité.


Description du comportement alimentaire


Rythmicité des prises alimentaires
Le comportement alimentaire se caractérise par des épisodes discontinus de prise alimentaire.
• Il existe une variation circadienne de la prise alimentaire opposant une période de prise alimentaire qui se fait pendant la période active (ou de vigilance), c'est-à-dire le jour pour les espèces diurnes comme l'homme, et une période de jeûne, qui correspond à la phase de repos (ou de sommeil). Ce caractère discontinu de la prise alimentaire, s'opposant à l'utilisation continue de substrats énergétiques par les cellules, implique une orientation différente des flux énergétiques (stockage ou libération de substrats énergétique à partir des réserves) pendant ces deux phases.
• Pendant la période d'alimentation la prise alimentaire est épisodique dans la plupart des espèces ; chez l'animal, l'intervalle entre deux prises alimentaires est un des facteurs régulant le niveau énergétique. Chez l'homme la répartition des épisodes de prise alimentaire est influencée par les normes sociales qui codifient le nombre et parfois la composition des prises alimentaires. Dans le cas de prises alimentaires codifiées par des règles sociales ou culturelles on parle de repas.

 

Mise à jour le Mardi, 08 Février 2011 10:25
Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 Suivant > Fin >>

Page 5 sur 7

 

Copyright © Dietetique.com.fr - Tous droits réservés - Reproduction interdite - Mentions légales

moins de 5€_online_468x60_19

Sur Cinetv retrouvez toutes les bandes annonces vidéos des prochains films à sortir au cinéma

Bandes annonces cinéma HD – CinéTV

| More