Accueil Consultez nos articles Rechercher Qui sommes-nous ? Cuisinez sans sel : recettes et astiuces

DIETETIQUE FACEBOOK

Sachez ce que vous mangez

Calculateur de calories

00Sel

Composition Florale

Qui est en ligne ?

Nous avons 24 invités en ligne

Accord Vins/mets

Habitat Ecologie

Toute la dietetique en un seul clic
Les aliments anti-vieillissement ! Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par James Collier Diététicien   
Les responsables du vieillissement sont les radicaux libres. Leur production augmente naturellement avec l’age ,mais elle est aussi accentuée par certaines mauvaises habitudes :exposition excessive au soleil ,tabac, alcool, alimentation déséquilibrée …..

On peut combattre cette surproduction en majorant la consommation d’anti-oxydants apportés naturellement par l’alimentation

Les aliments riches en anti oxydants sont ceux qui contiennent des vitamines A ,C, E ,du zinc ,du sélénium.

Les fruits et les légumes sont donc les maîtres en la matière.

En luttant contre les radicaux libres ,les anti oxydants protègent également contre certaines maladies comme les cancers digestifs ou certaines atteintes cardio vasculaires.

Quelques fruits et légumes sont particulièrement performants dans cette lutte contre le vieillissement ,ce sont

ceux qui referment plusieurs de ces vitamines.

LA TOMATE: elle contient les trois vitamines. Cuite ou crue, c’est le légume d’été à privilégier.


LE PERSIL: très riche en vitamine C, il contient également du bêta carotène, ainsi que du potassium. A utiliser sans modération !


LE POIVRON: riche en vitamine C et en bêta carotène. Il peut entrer dans la composition de nombreuses préparations.


LA MANGUE: riche en bêta carotène et vitamine C. Abusez–en lors de vos voyages exotiques !


Le vieillissement est inéluctable mais si la consommation régulière de ces aliments peut en retarder l’apparition, alors usons et abusons-en !

Mise à jour le Samedi, 15 Décembre 2012 18:42
 
LES ASSOCIATIONS VINS-METS Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

En premier, il est important de préciser que le vin est une boisson qui accompagne la nourriture ce n’est pas un apéritif ou un cocktail. 

 

Dans tous les pays ou régions où l’on produit du vin il accompagne toujours à merveille la cuisine locale. Prenons pour exemple quelques pays voisins, L’italie produit des vins rouges friands qui accompagne à merveille les pâtes,les plats en sauce, des vins blancs pour servir avec les poissons grillés, le parmesan par exemple. En Espagne, les vins rouges sont assez corsés, ils accompagnent des plats aux goûts relevés et épicés comme la paella . En Allemagne et Autriche les vins blancs plus ou moins secs s’accordent parfaitement avec les poissons de rivière en sauce, la charcuterie, le chou, la pâtisserie... 

 

On peut se demander si les vignerons n’adaptaient pas le choix des cépages en fonction de la cuisine locale ?

 

En France, ce sont les Moines qui ont planté les vignobles, ils cultivaient aussi leur potager, développaient l’élevage, fabriquaient des fromages, ils avaient le goût des bonnes choses...

 

De nos jours, les vins de chaque région française s’accordent parfaitement à la gastronomie locale. 

 

- En Alsace, leurs vins blancs secs sont parfaits avec les poissons du Rhin,  les vins blancs fruités plus ou moins moelleux et aromatiques qui s’harmonisent avec des poissons au beurre ou à la crème, les écrevisses, le Munster qui est un fromage assez fort,  les cuisses de grenouilles, la choucroute, la tarte à l’oignon, la quiche, le foie gras d’oie,  la tarte aux mirabelles, le kouglof célèbre brioche aux amandes et raisins.

 

- La Bourgogne est très célèbre par sa grande tradition culinaire avec des plats en sauce très élaborés, escargots, des fromages  crémeux au goût délicat et raffiné, une grande cuisine bourgeoise.  

 

Les vins de Bourgogne sont  excellents et accompagnent parfaitement la grande  gastronomie régionale. Les vins rouges au très joli bouquet subtil et complexe, au fruité dense, aux arômes puissants et veloutés, des vins délicats pas trop corsés pour ne pas masquer le raffinement  du lièvre à la Royale,  d’un pigeon à la broche... 

 

Les  Bourgognes blancs sont très réputés dans le monde entier. Ce sont des vins frais et onctueux avec des arômes minéraux et de noisette.  Ils s’harmonisent parfaitement avec le homard, les fromages délicats et crémeux, des poissons de rivière au beurre ou à la crème, de la viande blanche à la crème et aux champignons. 

 

- En Beaujolais, les vins sont gouleyants, fruités, plutôt souples. Ils sont sympathiques, accessibles et accompagnent  la célèbre charcuterie de Lyon, le saucisson en brioche, des plats en sauce, des abats... les blancs se boivent avec les poissons de la Saône, des fromage bleus (Bresse Auvergne).

 

 

 

- En Provence, le Rosé et le Blanc accompagnent le poisson grillé de la Méditerranée, la bouillabaisse, les légumes farcis, la pissaladière (tarte aux oignons et aux tomates)... le vin rouge plus corsé se marie bien avec la terrine, la grillade d’agneau aux herbes, le gibier de la garrigue.

 

- Dans le Languedoc  avec les Corbières et les Minervois, les vins ont du caractère, assez puissants, boisés et épicés, ils accompagnent  le gigot d’agneau, le gibier, les grillades,  le pâté, les volailles rôties. 

 

- Le Champagne est  surtout consommé à l’apéritif mais c’est dommage car c’est un vin qui se marie parfaitement avec le homard, le caviar, le saumon fumé, le crabe, les poissons à la crème, toute la gamme des desserts (biscuiterie, pâtisserie, chocolat , tartes aux fruits, macarons ).  

 

- Le Val de Loire produit des vins rouges fruités, floraux et aromatiques qui accompagnent des viandes rouges., du poulet.  Ils produisent différents vins blancs plus ou moins secs , certains effervescent très agréable à l’apéritif.  Les blancs secs sont indiqués  avec les cuisines de poissons de la Loire, les crustacés et coquillages, les rillettes de porc (Vouvray par exemple). Le blanc un peu plus moelleux comme le Coteau-du-Layon est idéal sur le foie gras ou les fromages  type Roquefort. 

 

Mise à jour le Lundi, 06 Août 2018 16:12
Lire la suite...
 
Aliments complets ou raffinés ? Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Administrateur   

Les aliments complets subissent peu ou pas de transformations technologiques. Le minimum de manipulations est assuré pour les rendre comestibles.

Les produits concernés sont essentiellement les produits céréaliers (riz, pâtes, farines…) mais aussi le sucre. A l’état brut, chaque grain de céréales est protége par une enveloppe riche en micro-nutriments (vitamines et mineraux), et en fibres.

Le maintien complet ou partiel de cette enveloppe, dans l’aliment à consommer, est source d’ambiguités:
- les apports en vitamines, minéraux et fibres donnent à ces aliments une valeur nutritionnelle très intéressante; mais, par son rôle protecteur, l’enveloppe concentre et apporte aussi les résidus chimiques (engrais, pesticides)…..
- les phytates de ces aliments riches en son, ont une action positive: ils auraient un effet préventif contre le cancer du colon; et une action néfaste: ils favoriseraient les pertes en Fer et en Calcium…
- chez les personnes aux “intestins fragiles”, les fibres sont à l’origine de flatulences, de ballonnements et de maux de ventre.


Les aliments raffinés et élaborés sont des aliments qui subissent de nombreuses transformations. Les buts recherchés sont multiples:
- faciliter les utilisations culinaires (diminution du temps de cuisson…)
- débarrasser les aliments de leurs “impuretés” (résidus chimiques ...),
- rendre les aliments plus digestes...

Ces différentes opérations appauvrissent, considérablement, les aliments en micro-nutriments et en fibres. Hors, les nutritionnistes ont lancé un cri d’alarme: ils dénoncent, dans nos pays industrialisés, l'augmentation d'une population présentant des carences nutritionelles .

D’autre part, ces aliments sont très vite absorbés par l’organisme et, n’apportent pas une satiété suffisante: la sensation de faim et ses conséquences (grignotages, manque de concentration…) apparraissent rapidement aprés un repas.
L’absence de fibres dans l’alimentation est souvent à l'origine de constipation. Et, plus grave, elle favorise le développement de cancers du tube digestif: le transit intestinal est ralenti; par consèquent, les éventuelles substances cancérigènes présentes, ont un contact prolongé, et agissent sur la paroie du tube digestif.

ALORS QUE CHOISIR?

Une nouvelle fois, les mots-clés sont EQUILIBRE et VARIETES entre ces 2 types d’aliments: il faut consommer un peu des 2 ! Mais aussi:

- simplement, commencer par augmenter la consommation journalière de fruits et légumes verts,

- préférer les aliments de base, simples, riches et équilibrés,

- être curieux, alterner et profiter des différents pains proposés par le boulanger, pour égayer les repas et le goûter des enfants,

- cuisiner régulièrement des légumes secs (lentilles, haricots secs…), du riz brun…

- utiliser du miel ou de la cassonade pour sucrer les laitages,

- les puristes pourront choisir des produits complets ou semi-complets Bio.

Mise à jour le Samedi, 25 Août 2012 16:26
 
Les protéines qui nous sont vraiment indispensables Envoyer
Articles et brèves par thème - Formation
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

 

 

Les Protéines sont des nutriments essentiels à la vie: elles constituent la charpente de notre corps. Leurs molécules ressemblent à une longue chaine dont les maillons sont formés d’éléments simples appelés Acides Aminés. Ceux-ci sont constitutés d’atomes de carbone, d’hydrogène, d’oxygène et d’azote qui est un élément essentiel de la synthèse protéïque dans le corps humain.

NOS BESOINS JOURNALIERS en PROTEINES:

En permanence, le corps humain synthétise un grand nombre de Protéines: il n’a pas de moyen de stockage d‘où des besoins alimentaires journaliers. Si l’alimentation ne peut subvenir à ses besoins, il est obligé de puiser dans le tissus musculaire, le tissus osseux…et “digérer” ses propres Protéines…Ce processus aboutit à la formation d’escarres et de dénutrition sévère.
Le 1er signe d’une carence en Protéines est un affaiblissement à tous les niveaux: problèmes de croissance chez les enfants, muscles faibles, cheveux fins et cassants, teint pâle, baisse du taux de globules rouges, anémie et toutes les complications qui en découlent.

Les Protéines doivent couvrir 10 à 15% du besoin énergétique journalier (1g de Protéines fournit 4 cal à notre organisme).
La répartition quotidienne Protéines Animales - Protéines Végétales conseillée est de ½ - ½. 
- Les besoins moyens d’un adulte, en bonne santé, sont de 0,8 à 1g par kilo de poids. Par exemple, le besoin d’une femme de 65kg est de 65 x 0,8 = 52 g de Protéines par jour. Cette valeur est couverte avec 2 repas comportant chacun 100g de viande, ou poisson.


- Les besoins des enfants et adolescents sont plus élevés pour assurer une croissance correcte: ils ont besoin de 1 à 1,2 g de Protéines par kilo de poids.

En fait, toutes les personnes devant synthétiser rapidement des nouveaux tissus, ont des besoins supérieurs:
- les femmes enceintes et allaitantes sont concernées: elles ont besoin d’un extra utilisé à l’élaboration des tissus du foetus ou à la production d’un lait maternel de bonne qualité.
- toutes les blessures nécessitant une cicatrisation (de l‘intervention chirurgicale au “petit bobo“ de l‘enfant qui tombe, en passant par les brulures), les fractures, les hémorragies, certaines maladies infectieuses augmentent les besoins en Protéines.

Pour les sportifs de haut niveau, de récents travaux montrent qu’un apport de 1,5g de Protéines par jour et par kilo de poids, est bénéfique.

FONCTIONS:

Les Protéines sont les nutriments “batisseurs“ de notre corps. Nous les retrouvons dans la composition de chacune de nos cellules: muscles, os, globules, cheveux, ongles,…
Le corps humain utilise ces Protéines pour:
- “construire” de nouvelles cellules,
- entretenir et réparer les différents tissus,
- synthétiser des hormones, des enzymes et tous les agents responsables de nos défenses immunitaires.
L’ADN est une nucléoprotéine, véritable carte d’identité de chaque personne,
L’envoi de messages par nos cellules nerveuses nous permet de penser, entendre, bouger…: ces messages peuvent être transmis grâce aux neurotransmetteurs, constitués de Protéines.


COMPOSITION des PROTEINES:

Pour synthétiser les Protéines dont notre corps a besoin, 20 Acides Aminés sont nécessaires. 9 d’entre eux sont dits essentiels ou indispensables: notre organisme ne peut pas les synthétiser, son seul moyen de se les procurer est l’alimentation.
Pour les autres, il peut les fabriquer à partir des Glucides, des Lipides et autres Acides Aminés disponibles dans notre corps.


DIGESTION des PROTEINES:

Pour etre absorbées par nos cellules, les Protéines apportées par nos aliments doivent être sous leur forme simple, d’une chaine courte ou d’Acides Aminés. Les enzymes digestives vont briser les maillons de la chaine protéique et libérer des éléments simples. D’autres enzymes sont responsables du réamenagement de ces éléments en vue de la synthèse de nouvelles Protéines adaptées et nécessaires au corps humain.

Par exemple, l’association d’Acides Aminés avec:
- des Lipides forme les Lipoprotéines, molécules transportant le cholestérol,
- des Glucides forme les Glycoprotéines composantes du tissus musculaire.


SOURCES et QUALITES des PROTEINES:

Les animaux ont un organisme similaire au corps humain: les combinaisons d’Acides Aminés de leurs tissus ressemblent aux notres. Aussi les scientifiques ont appelé les Protéines d’origine Animale, Protéines de Haute Qualité. Leurs sources sont: les viandes, les poissons, les oeufs et les produits laitiers.

Les Protéines d’origine Végétale apportées par les céréales, les graines et les légumes secs, sont souvent déficientes en, au moins un Acide Aminé Essentiel: notre organisme les absorbe plus difficilement et moins efficacement que les Protéines Animales. Les scientifiques les appellent Protéines de Basse Qualite. Une exception: le soja contient les 9 Acides Amines Essentiels; il constitue une excellente source de Protéines pour les Végétariens.


LES PROTEINES COMPLEMENTAIRES:

Il existe une autre classification possible des Protéines: on parle de Protéines complètes ou incomplètes.
Une Protéine Complète (= de Haute Qualité) contient tous les Acides Aminés Essentiels.

Une Protéine Incomplète est aussi appelée Protéine Limitante: un ou plusieurs Acides Aminés Essentiels sont manquants.
Cependant, un aliment contenant des Protéines Limitantes peut être enrichi, complété par un autre aliment contenant l’Acide Aminé manquant. Il existe une Complémentarité entre ces aliments: elle concerne les céréales et les légumes secs. De nombreux repas ancestraux ont été confectionnés, instinctivement et inconsciemment, pour atteindre cette complémentarité:
- semoule de couscous et pois chiches, en Afrique du Nord,
- riz et soja, en Asie,
- maïs et haricots rouges, en Amérique.
Cette notion de complémentarité est utiliée par les Végétariens.
Dans le même objectif, il est judicieux de manger des pâtes avec du fromage (les Protéines du fromage complètent celles continues dans le blé déficient en Acides Aminés essentiels), des céréales au lait…


 

CE QU'IL FAUT SAVOIR SUR LES SUBSTITUTIONS:

100g de viande apporte autant de Protéines que:
- 150 gr de poisson,
- 2 oeufs,
- ½ litre de lait,
- 4 yaourts
- 250g de fromage blanc
- 80 à 100g de fromage
- 250g de pain
- 200g de pates ou riz crus
- 100g de légumes secs crus.

Mise à jour le Lundi, 02 Décembre 2013 15:34
 
Vieillissement, ostéoporose et activité physique .. Envoyer
Articles et brèves par thème - Les étapes de la vie
Écrit par James Collier Diététicien   

Lors du vieillissement, les activités d'endurance ou de renforcement musculaire sont à l'origine de nombreuses réponses physiologiques favorables. Une activité physique régulière contribue à réduire, ou prévenir certains processus délétères liés à l'avancée en âge, à améliorer la qualité de vie et la capacité fonctionnelle des sujets âgés et à retarder l'entrée dans la dépendance en maintenant leur autonomie.

L'entraînement en endurance permet de maintenir ou d'améliorer différents paramètres cardiovasculaire (VO2max , débit cardiaque, différence artérioveineuse en oxygène) et contribue à améliorer les performances lors d'exercices sous-maximaux.


Chez le sujet âgé, la pratique d'une activité physique régulière est associée à une diminution de nombreux facteurs de risque, en particulier cardiovasculaire. Plus particulièrement, l'entraînement en endurance
est associé à une diminution de la glycémie à jeun, à une amélioration de la tolérance au glucose et de la sensibilité à l'insuline, ainsi qu'à une diminution de la pression artérielle.
Les effets bénéfiques sur l'homéostasie glucidique sont observés avant toute modification du poids ou de la composition corporelle.
Le renforcement musculaire (exercice de force) aide à prévenir la perte de masse musculaire (sarcopénie) et de la fonction musculaire habituellement observée avec l'avancée en âge. La préservation de la masse maigre, en particulier de sa composante musculaire, participe à la prévention de la diminution de la dépense énergétique, pouvant ainsi limiter le gain de masse grasse avec le temps. La force musculaire est essentielle aux capacités ambulatoires et une corrélation a été observée entre la force musculaire et la vitesse de marche spontanée.

L'augmentation de la force musculaire peut ainsi permettre d'augmenter l'activité spontanée des sujets âgés, voir des sujets très âgés et fragiles. Le travail en force augmente la densité osseuse et réduit le risque d'ostéoporose

Les autres bénéfices de l'activité physique chez les sujets âgés incluent l'amélioration de l'équilibre et donc la diminution du risque de chutes, ainsi que l'augmentation de la souplesse et de l'amplitude des mouvements. Le type précis d'activité physique qui permettrait d'obtenir ces effets, demande cependant encore à être précisé.

Par ailleurs, certaines données suggèrent que l'activité physique régulière favorise le maintien des fonctions cognitives et de l'humeur du sujet âgé . Il faut souligner que même si la participation régulières à des activités physiques ne permet pas toujours d'augmenter de façon significative les paramètres physiologiques d'évaluation de la condition physique (VO2max) chez les sujets âgés, le bénéfice en termes d'état de santé et de capacité fonctionnelle reste important.


Santé osseuse
L'exercice physique augmente le capital osseux de l'organisme et entraîne une augmentation de la densité minérale osseuse indépendamment de l'âge. Il joue de ce fait un rôle important dans la prévention et le traitement des différents syndromes de perte osseuse dont l'ostéoporose. Il faut toutefois noter que l'augmentation de la densité osseuse sous l'effet de l'activité physique dépend fortement des apports calciques avec une relation non linéaire marquée par un effet seuil autour d'un apport calcique de 800 à 1000 mg par jour.

En dessous de ce seuil, l'effet de l'activité physique sur la densité osseuse serait diminué ; au dessus de celui-ci, l'augmentation des apports calciques n'aurait que peu d'effet. Attention, les comportements
alimentaires des pratiquants de certains types de sports et plus particulièrement des sports d'endurance peuvent aboutir à une consommation de calcium insuffisante. Les effets positifs osseux de l'exercice physique sont observés essentiellement lorsque l'activité physique est ancienne et bien supportée. A l'inverse, la pratique d'un entraînement intensif sur un organisme mal préparé peut conduire à une déminéralisation du tissu osseux.


Chez l'enfant, différentes études indiquent que la pratique régulière d'activités physiques, surtout celles où l'on doit supporter son poids, favorise le développement optimal des tissus osseux et musculaires, en améliorant notamment la minéralisation et la densité osseuse. Il faut rappeler que le capital osseux à la fin de l'adolescence est actuellement considéré comme un facteur prédictif majeur du risque d'ostéoporose chez le sujet âgé.


Mécanismes
La contrainte mécanique de l'activité physique semble être le principal facteur expliquant ses effets bénéfiques sur l'os. L'augmentation de la masse osseuse est liée à une stimulation de la formation osseuse objectivable par l'augmentation des taux plasmatiques d'ostéocalcine, protéine du collagène considérée comme un marqueur sanguin du métabolisme osseux. Ce phénomène peut être observé relativement rapidement sous l'effet de l'entraînement et ne semble pas altéré par le vieillissement : dans une étude menée chez des femmes ménopausées, une augmentation de la densité osseuse de 3,8 % a été observée au terme de cinq mois d'exercice physique contrôlé alors que les femmes témoins non actives perdaient 1,9 % de leur valeur de
départ.

Immunité
Différents travaux montrent que les défenses immunitaires sont augmentées pour des entraînements physiques modérés en volume et en intensité et diminuées pour des niveaux élevés. On observe ainsi une réduction des infections respiratoires chez les sujets ayant une activité physique régulière et modérée mais une augmentation de celles-ci pour des activités intenses de types compétitifs.


Ces infections intercurrentes semblent être liées à une diminution des défenses immunitaires survenant dans les suites d'exercices intenses et prolongés. Un exercice musculaire unique et intense est suivi d'une augmentation transitoire des concentrations circulantes des cellules immunocompétentes (notamment des cellules Natural Killer ou NK impliquées dans la défense contre les infections bactériennes et la destruction des cellules cancéreuses) puis d'une diminution importante dans les heures qui suivent l'arrêt de l'exercice. Parallèlement à cette dernière phase, on observe une baisse significative des immunoglobulines A (IgA) salivaires, plus particulièrement impliquées dans la défense contre les infections respiratoires.

Par ailleurs, l'hyperventilation liée à l'exercice intense, en favorisant le contact entre l'arbre respiratoire et les germes pathogènes, et l'augmentation des hormones de stress pourraient également contribuer au risque plus élevé de ces infections.



Mise à jour le Mardi, 26 Janvier 2016 16:19
 
Ce qu'il faut savoir sur la micronutrition Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

La micronutrition s’attache à dépister nos carences en micronutriments (vitamines, oligoéléments, minéraux, acides gras... ). Il suffit ensuite d’ajuster son alimentation ou de prendre des compléments alimentaires pour compenser, corriger ces carences.

 

Grâce à la micronutrition on peut donc rectifier ces mauvaises habitudes alimentaires qui sont à l’origine de troubles tels que la prise de poids, la fatigue, troubles de l’humeur, infections à répétition, mauvaise circulations, problèmes de peau, digestions difficiles, douleurs articulaires, migraine, crampes... )

 

 

Comment s’effectue le diagnostic  ?

 

Vous remplissez un questionnaire répertoriant vos troubles (digestifs, obésité, articulaires... ) lors de la consultation avec un médecin nutritioniste. Il vous prescrit généralement une prise de sang et d’urine pour dépister vos carences.

Grâce à ce bilan, il détermine ainsi votre profil en repérant les déséquilibres alimentaires dont vous souffrez. Cela lui permet de vous prescrire un modèle alimentaire adapté à votre cas.

 

Les types de carences et quels troubles provoquent-elles ?

 

Si vous vous sentez irritable, intolérante à la frustration, vous souffrez peut-être d’un déficit en sérotonine (hormone du plaisir). Dans ce cas, il est conseillé d’augmenter les apports en protéines (oeufs, jambon.. ) à votre petit déjeuner et de prendre en collation l’après-midi, un laitage, un fruit et quelques amandes. Si vous vous sentez fatiguée au réveil, manque d’énergie, vous souffrez peut-être d’un manque de fer, iode, magnésium ?? Vous comblerez ces manques en consommant des fruits de mer, du foie, des oeufs, du boudin noir, lentilles;... Vous boosterez vos omégas-3 en privilégiant les poissons gras (sardine, maquereau, saumon... ) huile de noix. Si vous souffrez de ballonnements, de migraines, de troubles de la vision, sachez qu’à chaque symptôme correspond une carence qu’il faut combler.

 

 

Mise à jour le Lundi, 07 Décembre 2015 10:18
Lire la suite...
 
Un délice pour les fêtes : le chocolat ! Envoyer
News - Alimentation
Écrit par James Collier Diététicien   

Confiseries ; cet oeuvre d'art gustative, née du mélange de l'amer et du sucré noyés dans l'onctuosité, réelle bombe sensorielle appellée : Tongue out

" LE CHOCOLAT "

Mais le connaissez vous vraiment ?

Composition

Le Chocolat est (schématiquement), du cacao sucré enrichi parfois en lait ou en crème, agrémenté d'arômes de fruits ou d'alcool.

Sa composition nutritionnelle varie beaucoup selon les marques et les variétés.

Bientôt les fêtes de fin d'année, les cotillons, les rituels repas copieux, et bien évidemment la plus universelle des fêtes : Le nouvel an ! 

Cependant, nous pouvons établir une moyenne :
Pour 100g de Chocolat

Calories entre 480 et 550 kcal
Protides entre 2 et 7 g
Glucides entre 50 et 62 g
Lipides entre 22 et 33 g {mosimage}

Le cacao, constituant essentiel, est très riche en fer, en phosphore, en potassium et en vitamines B1 et B9.

Il contient aussi un certain nombre de composants psychotropes comme le magnésium ou la phényléthylamine.


Les variétés de chocolat

Il en existe une multitude que l'on classe en 3 grandes familles :

Le Chocolat noir à croquer Points positifs : C'est le moins gras (22 à 24 g / 100g), il est peu salé, il apporte beaucoup de Magnésium.
Point négatif : Il est très sucré.

Le Chocolat au lait Point positif : Il est moins sucré que le précédent
Point négatif : Il est plus gras et 7 fois plus salé !

Le Chocolat light Point positif : Il est allégé en sucres
Point négatif : Il est hélas, plus riche en matières grasses ; pas d'intérêt pour une personne souhaitant maigrir.

Effectivement l'économie calorique d'environ 15 % engendre une perte nette de la saveur !

L'interêt nutritionnel {mosimage}

Le Chocolat a été longtemps interdit aux diabétiques du fait de sa teneur importante en sucres.
Néanmoins, nous savons aujourd'hui, qu'il peut être occasionnellement consommer par ses personnes à faibles quantités, en raison de la découverte de son index glycémique modéré.

Le Chocolat, aliment riche en graisses (30 %) ne contient seulement que 13 % de graisses dites athérogènes, c'est à dire nuisibles pour des personnes à risque sur le plan cardio-vasculaire.
D'ailleurs, pour ces personnes, les charcuteries et les fromages gras sont bien plus dangereux.

Le Chocolat aurait des effets stimulants et euphorisants de par le fait qu'il soit riche en phényléthylamine : précurseur de la sérotonine impliqué dans la régulation de l'humeur.

De plus, étant très riche en magnésium, le Chocolat peut avoir sur certaines personnes des actions apaisantes et anxiolytiques.

Pour finir, le Chocolat contient de la caféine, élément qui comme on le sait stimule et favorise l'éveil et la vigilance.


Conclusion

Comme nous venons de le voir, les vertus du Chocolat sont multiples et diverses, il sera très prochainement à tous nos coins de rue, sous différentes formes dans les surfaces commerciales.

Comme tous les aliments sucrés, vous pouvez en consommez modérement car attention à la crise de foie !

Cependant, ce n'est pas tous les jours qu'on fête NOËL et le NOUVEL AN, alors régalez vous !!

Mise à jour le Dimanche, 03 Décembre 2017 09:04
 
Ce qu'il faut savoir pour manger équilibré ! Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Il suffit de varier le contenu de notre assiette et d’inviter autour de notre table les différents groupes d'aliments: Fruits et légumes, céréales, viandes, poissons, produits laitiers et matières grasses doivent faire partie de notre quotidien, mais tout est une question de quantité et de variété...

1/ Consommer une grande quantité et une grande variété de fruits et de légumes! Grâce à leur richesse en vitamines, minéraux, fibres, et autres éléments protecteurs, ils sont des atouts pour le maintien de notre santé. Les introduire et les associer entre eux quotidiennement dans notre assiette.

2/ Alterner les fruits et légumes crus et cuits: Sous leur forme crue, les fruits et légumes sont les seuls aliments bénéfiques par leur richesse en vitamine C facilement assimilable par l’organisme. Aussi pour bénéficier d'un apport optimal en vitamine C, il est conseillé de consommer à chaque repas une crudité : légumes crus en entrée ou fruits crus en dessert!

3/ Ne pas négliger les céréales: Riz, pâtes, semoule…. source de glucides complexes, de vitamines du groupe B, de minéraux et de fibres, ils nous apportent l'énergie dont nous avons besoin au quotidien. Les introduire tous les jours dans notre assiette, à chaque repas. Ne pas oublier les légumes secs : lentilles, haricots secs, pois chiches...

 

CE QU'IL FAUT FAIRE

1/ Consommer une grande quantité et une grande variété de fruits et de légumes! Grâce à leur richesse en vitamines, minéraux, fibres, et autres éléments protecteurs, ils sont des atouts pour le maintien de notre santé. Les introduire et les associer entre eux quotidiennement dans notre assiette.

2/ Alterner les fruits et légumes crus et cuits: Sous leur forme crue, les fruits et légumes sont les seuls aliments bénéfiques par leur richesse en vitamine C facilement assimilable par l’organisme. Aussi pour bénéficier d'un apport optimal en vitamine C, il est conseillé de consommer à chaque repas une crudité : légumes crus en entrée ou fruits crus en dessert!

 

Mise à jour le Lundi, 14 Mars 2016 11:47
Lire la suite...
 
Les aliments dont on ne doit pas se passer Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Brigitte Perrot   

HIT-PARADE DES ALIMENTS RICHES EN SÉLÉNIUM

 

(Prévention du cancer, du vieillissement et de la fatigue)

 

Chou, Oignon, Ail, Tomate, Brocoli

 

Produits laitiers

 

Morue, Thon, Hareng

 

Huîtres

 

Rognon, Foie,

 

Germe de blé

 

Levure de bière

 

Céréales complètes

 

 

Mise à jour le Mardi, 04 Juillet 2017 15:52
Lire la suite...
 
Les aliments à consommer en priorité pour rester en bonne santé, et le plus longtemps Envoyer
Écrit par Brigitte Dussert   

Pour rester en bonne santé le plus longtemps, n'hésitez pas à consommer ces aliments en priorité :

 

 

BAIES D'ACAÏ : se consomme sous forme de baies séchées ou de jus

 

BAIES DE GOJI : préférez les Bio et la nouvelle récolte si possible, en consommer une poignée par jour

 

NOIX DE PÉCAN :  mangez-en chaque semaine, délicieux dans vos plats cuisinés

 

BAIES DE SUREAU :  se déguste en gelée

 

RAISINS DORÉS :  les préférer Bio ou bien les laver avant de les manger pour éviter toutes traces de sulfites

 

NOIX, NOISETTE :  nature à grignoter ou à intégrer dans vos recettes, pensez aussi aux poudres et aux huiles

 

ARTICHAUT CUIT :   à manger dans la journée obligatoirement il s'oxyde et devient toxique

 

CANNEBERGES :  séchées ou en jus

 

PRUNEAUX :  les préférer Bio, il est riche en vitamine E qui protège les tissus et en provitamine A, qui préserve les pigments visuels, ces deux vitamines antioxydantes aident à lutter contre le vieillissement.

 

GROSEILLE ET MÛRE :  une poignée à la saison

 

AIL :  2 gousses crues

 

FRAMBOISES ET MYRTILLES :  les choisir bien foncées et fraîches

 

AMANDES :  natures, concassées ou moulu, associé à un tajine c'est délicieux

 

POMMES :  les préférer rouges

 

CHOU ROUGE CUIT :  on n'y pense pas forcément mais associés à des pommes en morceaux et des raisins secs c'est délicieux comme accompagnement

 

LAITUE ET BROCOLIS CUIT :  des légumes qu'il faut mettre sur votre table au moins une fois par semaine

 

Mise à jour le Jeudi, 01 Mars 2018 08:37
 
Une semaine de menus (1200 - 1400 Kcal) Envoyer
Articles et brèves par thème - Menus diététique
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   
Une semaine de menus
Mise à jour le Vendredi, 24 Mars 2017 11:33
Lire la suite...
 
Lutter contre le stress Envoyer
Articles et brèves par thème - Santé
Écrit par Brigitte Perrot   

"L'homme moderne doit maîtriser son stress et apprendre à s'adapter " Hans Selye

Le concept et le mot stress ont été inventés en 1936 par le Dr Hans Selye, un psychiatre canadien. Vois savez déjà que notre organisme humain répond à toute agression pour une modification psychique et même physique. Le stress c'est tout simplement le signal de détresse de notre organisme face à une quelconque agression, qu'elle soit morale ou physique.

Toutes les émotions en effet nous déstabilisent, qu'elles soient heureuses ou malheureuses (mariage, naissance, divorce, deuil, promotion, chômage...). Ajoutez à ce stress émotionnel, le stress "parasite" comme le bruit, la précipitation, des paroles désagréables, le métro, le tabac, la chaleur..., un stress quasi permanent est très néfaste à notre équilibre. Vous comprenez donc l'importance de tenter de dominer cet état d'angoisse.

 



"Les femmes les plus stressées, fatiguées, angoissées sont celles qui veulent faire face à 2 ou 3 vies de front avec la peur au ventre de ne pas tout réussir, note Nadine France Monguillot, comportementalisme.

Le stress est une réaction primitive qui provoque une poussée d'énergie qui nous aidera soit à attaquer soit à fuir. Le problème c'est que l'énergie s'accroît sans être, à chaque fois, utilisée. La tension physique et psychique s'accumule, il faut donc apprendre à relâcher cette tension pour ne pas avoir la sensation d'exploser. C'est le principe de la "cocotte minute".

 

 

Mise à jour le Jeudi, 01 Mars 2018 08:38
 
Le pain est-il si salé ? Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Au goût, le pain est un produit peu salé et il l’est effectivement beaucoup moins que certains autres produits alimentaires, mais le fait que sa consommation soit régulière en fait une source importante de sel.

Reprenons les chiffres: 1kg de pain contient 19 g de sel. En prenant comme base une consommation de 150 g de pain par jour, on obtient un apport de sel de 2,8 g soit 28 % de l’apport journalier moyen.

 


Une simulation faite par l’Observatoire des Consommations Alimentaires de l’AFSSA a montré qu’une baisse de 25 % du sel ajouté dans le pain conduirait à une baisse de consommation globale de 6 %. Les plus gros consommateurs de sel seraient les plus concernés par cette action.


Le rôle du sel dans la fabrication du pain
Le sel est un des constituants essentiels de la pâte destinée à la panification; en France, il était souvent en quantité réduite, voir totalement absent. Cependant, les consommateurs ont toujours été satisfait du pain ainsi obtenu. Jusqu’en 1955 le dosage du sel variait même d’une région à l’autre.

Depuis une dizaine d'années, le pétrissage intensifié a conduit les boulangers à compenser la diminution de la saveur naturelle du pain provoquée par l’oxydation de la pâte par une augmentation de la dose de sel d’environ 20 %.

Prochain articles : Le rôle du sel dans la fabrication du pain

Mise à jour le Lundi, 24 Octobre 2016 16:03
 
MANGER BIEN ET SANS SEL ! Envoyer
Forme - Forme
Écrit par BD   

Quelques recettes sans sel... Régalez-vous !

 


Ailes de poulet croustillantes sans sel (403 commentaires) Plat principal
Apéro champignons / sardines (237 commentaires) Apéro
Apéro tomates farcies (172 commentaires) Apéro
Aubergines à la tomate (314 commentaires) Plat principal
Boeuf en tourte (190 commentaires) Plat principal
Boulettes de boeuf haché au yaourt (195 commentaires) Plat principal
Brioche aux pépites de chocolat (161 commentaires) Pain
Brownies (173 commentaires) Dessert
Bûche de Noël à la ganache de chocolat (117 commentaires) Dessert
Canard au vin chaud de Noël (325 commentaires) Plat principal
Carottes confites à la cannelle (257 commentaires) Plat principal
Chantilly au mascarpone (156 commentaires) Dessert
Chutney de pommes
Mise à jour le Lundi, 24 Octobre 2016 16:14
Lire la suite...
 
Les astuces pour un apéro gourmand à 0 kilo ! Envoyer
Articles et brèves par thème - Régimes
Écrit par Sabine Pillement   

Réussir un apéro entre amis, en famille ou entre collègues sans prendre le moindre kilo, c'est possible !

IMPERATIF 1

On oublie les traditionnelles cacahuètes, chips, pistache et autres gâteaux gras et salées ! Pour ne pas craquer on fait en sorte de ne pas arriver à l'apéritif avec l'estomac qui commence à sentir la faim arriver. Un encas fruits et légumes avant de partir peut vous éviter bien des déprappage

Pour info
1 poignée de cacahuète = 209 calories
2 poignées de biscuit apéritif au fromage= 175 calories
1 petit paquet de chips (30 g) = 150 calories

 

IMPERATIF 2

On limite les alcools et les boissons sucrées au profit de boisson moins caloriques.

On privilégie plutôt les cocktails de fruits ou les jus de légumes qui on le mérite d’apporter des vitamines et moins de calories que l’alcool.

Donc 100% d’avantages : moins de calories engrangées, je préserve ma santé et je ramène ma voiture en sécurité !

1 verre des boissons ci-dessous apporte :

  • Pastis sans alcool = 3 calories

  • Soda light 1 à 15 calories (lire les étiquettes)

  • Jus de tomates 1 verre = 24 calories

  • Jus d’orange frais = 66 calories

  • Sirop = 70 calories

  • Vin = 100 calories

  • Soda = 100 calories

  • Pastis = 106 calories

  • Martini =130 calories

  • Whisky-coca = 235 calories

Faites le meilleur choix ! Et n'oubliez pas de boire de l'eau pour la soif !

 

IMPERATIF 3

Arrêter de picorer sans réellement se rendre compte des quantités de nourriture ingérées. Se fixer une limite dès le départ (1 verre et 2 ou 3 petits fours, et des tomates cerises sans limite aucune).

 

CINQ plans d'action pour de nouvelles « bonnes habitudes »

Plan d’action 1 :

vive les légumes « mini-calories » ! Lesquels prendre ?

  • Tomates cerises : je varie les couleurs (rouges, jaunes, vertes) et pourquoi pas un pied de tomate sur le balcon ? 6 tomates = 7 calories

  • Radis (15 calories les 100 g): je les incise en croix et les mets dans l’eau quelques heures pour qu’ils s’ouvrent comme une fleur

  • Cornichons, billes de melon ou de pastèque

  • Champignons crus

     

Mise à jour le Lundi, 24 Octobre 2016 16:06
Lire la suite...
 
KILOS EN TROP APRÈS 50 ANS Envoyer
Forme - Forme
Écrit par Brigitte Dussert   

Au moment de la ménopause les bouleversements hormonaux entraînent la fixation des graisses, une perte musculaire et le relâchement de la peau.
Normalement l'appétit n'augmente pas mais, des raisons psychologiques surgissent entraînant des envies de grignotages, chocolat, biscuit...

La ménopause est un "deuil" d'une partie de sa féminité et cela engendre le besoin de compenser cette frustration. On veut se consoler d'une perte irrémédiable, d'un avenir qui fait peur, du vieillissement inéluctable. ...

On nous conseille le thé vert, un fruit et un yaourt à 0%... mais on est en quête compulsive d'un aliment "plaisir" qui va nous consoler immédiatement d'une angoisse non formulée qui nous envahit.


Donc tous les conseils "fantaisistes" sont vains, il n'y a que l'exercice qui améliore la masse musculaire et qui ne laissera pas la graisse s'installer. Mais à la moindre défaillance, tout redeviendra comme avant. On est donc condamnée à faire de l'exercice même si cela ne nous plaît pas ! Le plaisir compensatoire visuel d'une silhouette plus valorisante ne vient qu'à la suite d'un entraînement long et régulier... il ne faut pas se cacher la vérité, c'est pourquoi je râle lorsque je vois des articles qui racontent tout le temps la même chose... et qui veulent nous faire prendre "des vessies pour des lanternes" !!!

 

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Mise à jour le Mercredi, 21 Juin 2017 15:05
 
Les plantes, compléments alimentaires Envoyer
Articles et brèves par thème - Régimes
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   
Une alimentation équilibrée est indispensable à une bonne santé.

Des études ont montré l’existence, dans nos pays industrialisés, de catégories de personnes subcarencées.
Quelles solutions apporter?
Les quelques Compléments Alimentaires disponibles sur le marché peuvent-ils avoir un rôle bénéfique?
Ou en est-on à ce sujet en France? Et en Europe?
Mr Pedro Vicente Azua (spécialiste à la Commission Europènne) et Mr Jacques Karlson (secrétaire général de Synadiet)ont tenu une conférence à ce sujet.


Les Compléments Alimentaires existent depuis quelques décennies. Leur apparition date des années 70: ils répondaient à une demande essentiellement tournée vers la lutte contre l’obésite.
Dans les années 80, les produits allégés en Lipides et les édulcorants sont apparus.
Puis, durant les années 90, la prise de conscience du consommateur d’une relation alimentation/santé est née avec un objectif: le “bien-manger”.
Les industriels ont elaboré de nouveaux produits; quelques Compléments Alimentaires sont apparus. Mais, la réglementation française, basée sur des textes anciens, reste stricte et bloque considérablement l’extension de ce marché, par rapport aux autres pays européens.
Un autre frein existe: le tout puissant monopole pharmaceutique.

A PROPOS DES PLANTES:

La polémique n'est pas encore soulevée. L’utilisation des plantes en France est trés restrictive: 34 plantes sont reconnues contre plus de 300 en Belgique.

Des scientifiques du Comité Supérieur d’Hygiène Publique de France (CSHPF) ont répertorié récemment une liste de 360 plantes classées en 3 catégories:
- les plantes utilisées en alimentation courante sans restriction d’emploi,
- les plantes utilisées en alimentation courante avec restriction d’emploi,
- les plantes médicinales inscrites à la Pharmacopée et pouvant être utilisées en alimentation.

Des experts de l’Agence Francaise de la Sécurite Sanitaire des Aliments (AFSSA) vont maintenant travailler sur chaque plante et établir le rôle des “phytoconstituants”, leurs fonctions et leurs formes d’utilisations possibles et permises.

Les propriétés anti-oxydantes (prévention des maladies cardiovasculaires, cancers, vieillissement…) de certaines plantes (y compris des fruits et légumes) sont reconnues depuis plusieurs années.
D’autres substances (le bêta-carotène des carottes, les phytostéroides du soja) font et ont fait l’objet de travaux: leur rôle physiologique et protecteur est quasi démontré.

Les plantes pourraient donc bientôt être assimilées à des Compléments Alimentaires.

Mise à jour le Lundi, 12 Novembre 2018 19:18
 
Le régime de base : simple et facile Envoyer
Articles et brèves par thème - Régimes
Écrit par James Collier Diététicien   

Un régime très simple pour tous ceux qui veulent perdre quelques kilos (inférieur à 5 kgs) !

Règle de base, astuces et idées fausses
1) Ce n’est pas en sautant un repas que l’on maigrit.
2) Ne laissez jamais des gâteaux dans vos placards car un jour vous serez tenté de manger qu’un seul !
3) Il faut manger de tout pour maigrir mais pas n’importe quoi !
4) Il est indispensable d’avoir une activité physique pour l’équilibre de son corps .
5) Bannissez les boissons sucrées (Fanta, coca cola, jus de fruits ,..) et toutes les boissons alcoolisées (un verre de vin à midi est toléré ).

6) Prévoyez un fruit à 10 heures si vous ne pouvez pas absorber un petit déjeuner le matin.

7) Evitez de manger trop salé car cela renforce la sensation de faim .

Voir la liste des aliments à bannir


8) Les grignotages sont strictement interdits . Si vous avez une sensation de faim , préférez un fruit à 10 h et un laitage à 16 h . L’avantage du fruit est qu’il contient des fibres pour calmer la sensation de faim.

9) Pratiquez une activité physique régulière ou/et utilisez les petites astuces suivantes :
- Au bureau : soulevez les jambes pendant 30 ‘le plus souvent possible, en ayant un dos bien droit
- Prenez toujours les escaliers plutôt que l’ascenseur 
- Garez vous le plus loin possible de votre travail ou sur le parking quand vous faites vos courses .

10) Mangez plus de poissons et moins de viandes

11) Au restaurant, évitez les formules avec un dessert.

 

 

Mise à jour le Vendredi, 10 Mars 2017 16:03
Lire la suite...
 
Les colorants et conservateurs que nous mangeons Envoyer
Articles et brèves par thème - Alimentation
Écrit par Chantal Lamour Diététicienne   

Notre alimentation reste fortement influencée par la technologie à tous les stades de la chaine alimentaire et les consommateurs sont de plus en plus méfiants.Les modes de vie ont evolué: le temps passé à la préparation des repas s’est considérablement réduit. Pour répondre à ce nouveau phénomène de société, les produits 4ème gamme (= produits frais natures, prêts à l’emploi) et 5ème gamme (= produits frais assaisonnés ou cuisinés) ont envahi les rayons des supermarchés. Les consommateurs exigent “fraicheur - variété - goût” auprés des restaurants collectifs, et cantines de plus en plus frequentés.

Les conséquences sont inévitables: les aliments subissent d’importantes transformations modifiant leur goût, texture, couleur…Pour y remédier les ingénieurs de l’agroalimentaire ont recours aux additifs de toutes sortes: plus 1 produit est élaboré, plus l’utilisation des additifs est impérative.

Les buts recherchés sont:
- empêcher la prolifération microbienne, l’oxydation,
- préserver les qualités organoleptiques,
- améliorer l’aspect des aliments sans nuire à leurs qualités nutritionnelles.
La liste des additifs ne fait que s’accroitre au fil des années. Voir aussi
WIKIPEDIA


LES COLORANTS - E100 :
Le rôle des colorants est de donner une couleur dite naturelle aux aliments dont les transformations industrielles ont modifié la coloration. Il exite 44 colorants permis.
Leur utilité reste à vérifier d’autant que beaucoup de ces additifs sont à l’origine de réactions allergiques et d’intolérance.
Ils sont interdits dans les produits biologiques.

Aux Etats Unis, les colorants sont trés largement utilisés: pratiquement aucun produit alimentaire n’a une couleur “naturelle”. Au contraire les couleurs sont rehaussées, accentuées pour donner un nouvel aspect attractif qui plait énormément aux enfants et à la majorité de la population américaine


LES CONSERVATEURS - E200:
Ils empêchent la fermentation, l’apparition de moisissures et le développement de micro-organismes dans les aliments. La durée de conservation et de consommation du produit alimentaire est donc prolongée.


LES ANTI-OXYDANTS - E300 :
Ils stoppent l’oxydation des aliments par l’air et toutes les modifications qui en découlent (par exemple, le rancissement des corps gras). Leur utilisation s’ajoute souvent à celle des conservateurs, pour allonger la durée de “vie” du produit alimentaire. Voir
notre ARTICLE

Mise à jour le Vendredi, 10 Mars 2017 16:04
Lire la suite...
 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 Suivant > Fin >>

Page 3 sur 7

 

Copyright © Dietetique.com.fr - Tous droits réservés - Reproduction interdite - Mentions légales

moins de 5€_online_468x60_19

Sur Cinetv retrouvez toutes les bandes annonces vidéos des prochains films à sortir au cinéma

Bandes annonces cinéma HD – CinéTV

| More